Expansion décevante de Roche

La restructuration de la division pharma commence à porter ses fruits. Keystone Archive

Roche, le géant de la pharmacie, continue sa progression. Sans vraiment décoller. Mais, il ne renforcera pas sa collaboration avec Novartis.

Ce contenu a été publié le 16 octobre 2001 - 12:18

Le groupe bâlois a vu son chiffre d'affaires progresser de 7% sur les neuf premiers mois de 2001, à 21,6 milliards de francs. En monnaies locales, les ventes du groupe affichent une hausse de 8%.

Sur l'ensemble de l'exercice, le chiffre d'affaires devrait croître de 8% en monnaies locales avec un résultat d'exploitation au moins égal à celui de 2000. Sauf événements exceptionnels, Roche table sur le maintien du taux de croissance de sa division pharma.

En se basant sur l'état actuel du marché, le groupe s'attend pour 2001 à un résultat financier équivalent à celui du premier semestre. Sur les six premiers mois, le produit financier net a atteint 1,5 milliard de francs, a indiqué Roche mardi.

Le titre de Roche s'est retrouvé sous pression mardi matin. Les chiffres présentés par le groupe bâlois se situent tout en bas des attentes, ont relevé des analystes. A 10 h 45, le titre reculait de 2,50 francs ou 2,1% à 117,75 francs.

Les meilleurs résultats pour pharma

La division pharma, la plus importante du groupe, enregistre une croissance à deux chiffres de ses ventes sur le seul 3e trimestre. Sur neuf mois, la hausse est de 6% (7% en monnaies locales) à 13,807 milliards de francs.

Les produits oncologiques (cancer) ont essentiellement contribué à ce résultat, ainsi que le rajeunissement du portefeuille de la division. Parmi les dix produits générant les plus grosses ventes de celle-ci, cinq datent des cinq dernières années, souligne Roche.

Sur neuf mois, les ventes de l'antibiotique Rocéphine sont en hausse de 3% à 1,281 milliard de francs. La plus forte progression est réalisée par MabThera/Rituxan (cancer des ganglions lymphatiques) avec un chiffre d'affaires de 1,185 milliard de francs (+93 %).

Confirmant l'accélération, les ventes de médicaments délivrés sur ordonnance ont même crû de 12% en monnaies locales entre avril et septembre. Pour mémoire, le chiffre d'affaires de la division pharma avait reculé de 2% au 1er trimestre 2001.

La division diagnostics a enregistré une hausse de 12% (+14% en monnaies locales) de ses ventes, à 5,094 milliards de francs. La performance est supérieure à la moyenne mondiale du secteur, note Roche.

La division vitamines et produits chimiques fins a réalisé un chiffre d'affaires en hausse de 4%, tant en francs qu'en monnaies locales, à 2,701 milliards. Là aussi, la croissance des ventes est supérieure à la moyenne du marché, souligne Roche.

Restructurations en vue

La restructuration de la division pharma commence à porter ses fruits. Le groupe a annoncé en mai la suppression de 3000 emplois dont 600 en Suisse. A fin août, 1600 emplois avaient déjà été supprimés. Le programme avance selon le calendrier prévu, souligne un porte-parole.

Le coût de cette restructuration est estimé à 1 milliard de francs. Elle permettra de réaliser des économies de l'ordre de 600 millions de francs dès 2003. L'objectif est d'obtenir une marge d'exploitation de la division comprise entre 20 et 25%.

Voisin et concurrent

Le voisin et concurrent de Roche, Novartis, a pour sa part réalisé un chiffre d'affaires de 23,7 milliards de francs après neuf mois en 2001. L'augmentation est de 11% (13% en monnaies locales) par rapport à la même période de l'an passé.

Toutefois, Il n'y aura pas de renforcement de coopération entre Roche et Novartis, a indiqué Franz Humer, CEO et président du conseil d'administration de Roche. Novartis a fait son entrée dans le capital de Roche au début de 2001, mais reste un concurrent sérieux pour l'entreprise

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article