Grève chez Crossair à Genève

La matinée de mardi montrera à quel point le discours syndical aura porté. Keystone Archive

L'assemblée du personnel de Genève vote une grève d'une demi-journée. Tandis que celle de Zurich lance un dernier ultimatum.

Ce contenu a été publié le 20 novembre 2001 - 08:22

Réunion lundi soir à Genève de quelque 200 membres du personnel de Swissair. Face au «laxisme des autorités» à mettre en place un plan social destiné aux employés licenciés par la compagnie aérienne, les syndicats genevois entendent réagir. Une demi-journée de grève a été votée à Cointrin après une assemblée houleuse et divisée.

Mardi de 8 heures à midi, aucun avion Crossair ne devrait décoller de Genève, si l'appel des syndicats est entendu. Le personnel de Swissair a également décidé de lancer au plus vite une action d'envergure contre la compagnie aérienne. L'assemblée de lundi semble surtout avoir montré la lassitude du personnel, malgré le discours musclé des syndicats.

Dernière chance à Zurich

De son côté, le personnel au sol de Swissair s'est réuni à Zurich à l'appel du Syndicat des services public (SSP), de la Société suisse des employés de commerce (SSEC) et du PUSH (Personal Union Swissair Holding). L'assemblée a donné une dernière chance aux investisseurs de la nouvelle Crossair.

Un nouvel ultimatum donc, mais pas de grève pour l'instant. Les investisseurs de la nouvelle Crossair ont jusqu'au 30 novembre pour donner leur accord au financement d'un plan social.

Autre condition: que les collaborateurs de la nouvelle compagnie soient engagés aux conditions salariales de Swissair. En cas de refus, une plainte sera immédiatement déposée, pour violation de l'article 333 du Code des obligations. Cette disposition prévoit le transfert des rapports de travail en cas de reprise d'une entreprise.

swissinfo avec les agences et Pierre Gobet à Zurich

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article