Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Kloten tente de calmer ses riverains

Josef Felder, le directeur de Unique Zurich, a subi le feu croisé des questions mardi.

(Keystone)

Sous le coup de multiples critiques, la société Unique a présenté son nouveau règlement d'exploitation, soumis à l'approbation de l'Office fédéral de l'aviation civile (OFAC).

L'aéroport de Zurich dit vouloir épargner ses riverains, mais ceux-ci ont déjà manifesté leur indignation.

La Berne fédérale a-t-elle voulu souligner l'importance qu'elle accorde à l'aéroport de Zurich? En tout cas, Max Friedli a pris la peine de se déplacer à Kloten mardi.

«Même lorsqu'il s'agit des transversales alpines, nous restons à Berne», a déclaré en préambule le directeur de l'Office fédéral des transports et directeur ad interim de l'OFAC.

Max Friedli est donc venu expliquer sur place la procédure d'approbation du futur règlement d'exploitation de l'aéroport de Zurich-Kloten, un projet que la société Unique venait de présenter aux médias.

En fait de nouveau règlement, il s'agit surtout d'actualiser et de vérifier les nombreuses adaptations rendues obligatoires ces dernières années, notamment par les restrictions de survol décidées par l'Allemagne.

Critiques rejetées

Le directeur de Unique, Josef Felder, a néanmoins dû répondre aux nombreuses critiques émises ces derniers jours à propos des retards et, surtout, au sujet d’une collision évitée de justesse en août dernier.

Le 12 décembre, à la suite de cet incident, l’OFAC a imposé des distances accrues entre les avions, ce qui a réduit les capacités de l’aéroport, qui n’avait toutefois pas annoncé ces changements.

«Nous n’avons rien caché et nous n’acceptons pas les critiques qui ne nous concernent pas. Nous, nous sommes le béton. Le contrôle aérien, c’est Skyguide et la surveillance, c’est l’OFAC», a affirmé Josef Felder mardi.

Plaidoyer pour «son» aéroport


Interpellé à propos des surnoms donnés à l’aéroport et à ses dirigeants («Lughafen», l’«aéroport qui ment», au lieu de «Flughafen», et «barons menteurs de Kloten») par la population, Josef Felder s’est fendu d’un mini plaidoyer en faveur de l’aéroport qu’il dirige depuis 1998.

«Il manque une ligne politique claire. Il faudrait un large débat public sur ce que veulent les Suisses, un aéroport international, régional, un hub?» s’est interrogé le directeur. Il s’est toutefois réjoui du fait que Berne ait fait recours contre les mesures allemandes auprès de la Cour européenne de justice.

Autre difficulté, selon lui: les tensions créées entre la nature même de l’aéroport, une «PME», et des activités internationales. La «PME» Unique compte en fait plus de 1000 emplois.

Transfert des zones d’attente

Outre ce cadre général, le nouveau règlement d’exploitation contient quelques nouveautés.

La principale consiste à ramener sur la Suisse toutes les zones d’attente qui sont encore partiellement situées au-dessus du territoire allemand, comme l’exige Berlin. Ces changements devront être effectués d’ici fin février 2005.

Les hauteurs minimales de ces zones étant situées entre 2100 et 3950 mètres, leur survol par des avions «ne relève pas de l’ordonnance sur la protection contre le bruit».

Comparaison européenne

Il n’en va pas de même pour d’autres modifications demandées par Unique. La société a, du reste, déployé mardi quelques statistiques comparatives pour prouver sa bonne foi.

Ainsi, l’aéroport se targue de subir les plus fortes restrictions d’exploitation pour lutter contre les nuisances sonores. Selon la liste publiée, aucune autre plate-forme européenne ne doit fermer ses pistes la nuit.

Kloten est également l’aéroport qui compte le moins d’heures sans restrictions, de 7 à 21h, contre, par exemple, une exploitation illimitée de 6 à 23h15 à Paris Charles-de-Gaulle.

Ces restrictions prévoient l'ouverture des pistes à 6h, contre 5h30 actuellement, et des limitations supplémentaires en soirée. Elles seront inscrites dans le nouveau règlement d’exploitation.

«Davantage de repos nocturne»

«Au total, nous prolongeons le repos nocturne d’une heure et demie», a déclaré Josef Felder.

Mais pour les riverains du sud de l’aéroport, touchés par les restrictions allemandes, cela ne change rien car aucun avion ne se pose avant 6h.

Autre changement répondant aux restrictions imposées par l’OFAC à la suite de la quasi collision d’août dernier: augmenter l'écart entre les courbes de décollage de la piste 16 et les courbes de redémarrage sur la piste 14.

L’écart accru entre les deux courbes résoudrait ainsi les problème des restrictions.

Mais les responsables de l’aéroport ont averti que le Bureau d’enquête sur les accidents d’aviation doit encore rendre son rapport sur l’incident d’août, ce qui pourrait modifier le projet.

Séparation accrue

Autre changement répondant aux restrictions imposées par l’OFAC à la suite de la presque collision d’août dernier: la séparation entre les courbes de décollage de la piste 16 et les redémarrages sur la piste 14 (quand les avions doivent remettre les gaz) seront élargis.

L’écart accru entre les deux courbes pourrait permettre d’éviter ces restrictions.

Mais les responsables de l’aéroport ont averti que le Bureau d’enquête sur les accidents d’aviation doit encore rendre son rapport sur l’incident d’août, ce qui pourrait modifier le projet.

Petite manifestation

En attendant, les riverains du sud de l’aéroport ont déjà réagi à ce projet, dénonçant les nouvelles nuisances sonores qu’il entraînerait.

Egalement présents mardi, les représentants de l’Association «Zürich-Nord gegen Fluglärm» se sont dits outrés de voir l’aéroport demander le renouvellement du règlement avant même l’ouverture de la médiation initiée par l’OFAC avec tous les acteurs concernés par les nuisances.

Max Friedli a rappelé que ce nouveau règlement est provisoire. Il ne sera valable que jusqu'à la fin de la procédure de médiation avec l'Allemagne. «Mais il n’aura aucune influence sur le futur règlement», a-t-il précisé.

Après la mise à l’enquête publique du dossier, de mars à mai, l’OFAC pourrait donner son feu vert d’ici novembre au règlement provisoire, qui entrerait alors en vigueur l’année prochaine.

swissinfo, Ariane Gigon Bormann, Zurich

Faits

L’aéroport de Kloten a présenté sa demande de nouveau règlement d’exploitation, soumis à l’approbation de l’OFAC.

L’aéroport table sur une réduction du nombre de riverains touchés par des nuisances sonores d’environ 50’000 (en 2000) à environ 40’000 en 2010.

L’aéroport estime en outre être, en comparaison européenne, le plus touché par des restrictions d’exploitation pour des raisons sonores.

Kloten ne connaît aucune restriction de 7 à 21h. Mais à Paris Charles-de-Gaulle, l'exploitation illimitée va de 6 à 23h15, ou de 6h30 à 23h30 à Milan.

Les responsables de l’aéroport espèrent que le nouveau règlement permettra d’éviter les restrictions imposées par l’OFAC suite à une collision évitée de justesse en août 2003.

Entrées en vigueur le 12 décembre, des distances accrues entre les avions ont, selon Unique, réduit de 21% les capacités de la compagnie Swiss entre 10 et 12 h, par exemple.

Vendredi dernier, un classement européen avait donné la palme à Kloten en matière de retards.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×