Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

L'intégration passe par le droit de vote

Francis Matthey (de g. à d.) et Micheline Calmy-Rey lors du Forum pour l'intégration des migrants.

(Keystone)

Lors des premières assises nationales des migrants de Suisse, la ministre Micheline Calmy-Rey a appelé à plus de confiance entre Suisses et étrangers.

A cette occasion, la Charte de l'intégration a été signée. Elle encourage notamment une participation des étrangers à la vie politique.

Les organisateurs de la réunion, qui a rassemblé quelque 300 personnes issues de 52 pays samedi à Olten (SO), ont souligné qu’il était essentiel que les étrangers participent à la vie politique pour être mieux intégrés.

Cela passe notamment par le droit de vote, a rappelé Antonio Cunha, président du Forum pour l'intégration des migrants (FIMM Suisse).

Selon lui, il faudrait instaurer une «nouvelle citoyenneté» qui ne se baserait pas sur la nationalité, mais sur le lieu de naissance.

Pour bien cohabiter avec les Suisses, les migrants ne doivent ni être totalement assimilés, ni se replier sur eux-mêmes. Une reconnaissance mutuelle et une co-existence pacifique sont bien plus nécessaires.

Tous ensemble

Pour Micheline Calmy-Rey, «intégration» signifie créer l'avenir ensemble en se faisant confiance. Les Suisses comme les migrants doivent prendre davantage de responsabilités politiques.

La ministre, invitée aux assises, a regretté que les problèmes en matière d'asile soient aussi souvent évoqués et qu'ils occultent les cas dans lesquels les étrangers sont bien intégrés.

Il ne faut pas fermer les yeux sur les craintes de la population, a poursuivi la cheffe du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). Mais il faut s'en tenir aux faits et dialoguer avec toutes les personnes concernées.

La répression ne doit pas être la seule mesure. «Nous devons tous tirer à la même corde», a-t-elle conclu.

Signature d'une charte

Il faut arrêter de stigmatiser les migrants, a ajouté Francis Matthey, président de la Commission fédérale des étrangers (CFE). «Le signal d'Olten doit parvenir au Palais fédéral».

Lors de ces assises, les migrants ont signé la Charte de l'intégration du FIMM Suisse. Les droits de l'homme, la démocratie, la laïcité ainsi que le respect des autres sont les valeurs centrales défendues dans ce document.

Les assises nationales ont aussi été l'occasion de tables rondes sur l'actuelle politique de migration. Le problème des sans-papiers a animé de nombreuses discussions.

Il s'agit de trouver des solutions humanitaires pour les clandestins, a déclaré le libéral vaudois Claude Ruey. Mais l'idée d'une amnistie générale a été repoussée par la majorité des politiciens présents.

La nouvelle loi sur les étrangers a aussi fait parler d'elle. Qualifiée de «loi de la discrimination et de la marginalisation» par l'écologiste genevois Ueli Leuenberger, elle a tout de même trouvé le soutien du radical soleurois Rolf Büttiker.

swissinfo et les agences

En bref

- Lors de ces premières assises nationales des migrants de Suisse, le FIMM a présenté une Charte de l'intégration.

- Le texte vise à renforcer les relations entre la population suisse et les communautés de migrants dans les domaines sociaux, culturels, politiques et de l'administration.

- Le FIMM encourage la mise en place d'un codex pour une coexistence pacifique.

Fin de l'infobox

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.