Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

L'UDC désigne Toni Brunner comme candidat à sa présidence

Toni Brunner pourrait devenir le plus jeune président de parti en Suisse.

(Keystone)

Le député saint-gallois Toni Brunner va selon toute vraisemblance prendre la tête de l'Union démocratique du centre (UDC/droite nationaliste). Christoph Blocher sera vice-président.

Ce choix doit encore être avalisé lors de l'assemblée des délégués du parti, le 1er mars prochain à Frauenfeld (Thurgovie).

Le comité central de l'UDC a désigné vendredi après-midi à Zurich le St-Gallois Toni Brunner, 33 ans, comme candidat à la présidence du parti. Dans le même temps, une nouvelle structure de conduite a été choisie pour «professionnaliser et renforcer» le parti. Cette nouvelle direction devrait compter au total sept personnes, dont le futur président.

Fils spirituel de Christoph Blocher, dont il imite volontiers la manière de parler, le St-Gallois est vice-président de l'UDC suisse depuis février 2000.

C'est lui qui a mené l'UDC st-galloise au succès qu'elle connaît (35% de l'électorat). Il a également conduit la campagne nationale du parti lors des dernières élections fédérales, avec une même réussite.

«Nous avons besoin d'un changement de génération, a dit le président démissionnaire Ueli Maurer. Beaucoup de nos nouveaux membres sont jeunes».

La nomination de Toni Brunner n'est pas une surprise tant il semble s'être réservé pour ce poste.

Christoph Blocher, vice-président

L'ancien ministre Christoph Blocher, capé du titre de vice-président, prend place dans ce comité central en tant que responsable de la conduite stratégique, de la recherche et des campagnes. «Je serai l'un des sept, comme avant», a lâché le conseiller fédéral destitué.

Pour mémoire, le 12 décembre dernier, le Parlement n'a l'a pas confirmé dans son poste ministériel et il a été remplacé par sa collègue de parti Evelyne Widmer-Schlumpf. Christoph Blocher avait été élu au gouvernement le 10 décembre 2003 et a dirigé le ministère de Justice et Police.

Suite à cette éviction de Christoph Blocher du Conseil fédéral, on supputait qu'il pourrait reprendre les rênes du parti. Mais dans un entretien accordé vendredi matin à «Radio Grischa», le tribun zurichois avait déjà déclaré qu'accéder à la présidence du parti était «plutôt exclu».

Il n'envisage pas non plus un retour à la tête d'Ems Chemie ou de l'Action pour une Suisse indépendante et neutre(ASIN).

Rendez-vous à l'Albisgüetli

«Je vous donnerai de premiers exemples de ma stratégie dans une semaine à l'Albisgüetli», a-t-il ajouté. Chacun de nous est responsable d'un domaine.»

«J'attends beaucoup d'idées de la part de Christoph Blocher, affirme de son côté Toni Brunner. Il connaît des perspectives que nous ne connaissons pas, par exemple quatre ans au Conseil fédéral. Le parti va en profiter.»

Gagner les élections de 2011

L'objectif de l'UDC est de gagner les élections en 2011. Le fil conducteur de son action politique est le programme «Ma maison / notre Suisse».

Il s'agit pour l'essentiel de s'engager pour une Suisse indépendante et neutre, pour une baisse des impôts et pour plus de sécurité en combattant les abus dans le droit d'asile et dans le domaine social.

Dans un communiqué, l'UDC souligne qu'elle restera dans l'opposition jusqu'à ce que l'Assemblée fédérale élise au gouvernement les candidats proposés et souhaités par elle.

swissinfo et les agences

La nouvelle structure de l'UDC

La nouvelle «structure de conduite» de l'UDC comptera sept personnes. Cinq d'entre elles auront le statut de vice-président, dont Christoph Blocher.

Autour de Toni Brunner proposé comme président du parti, travailleront le président du groupe parlementaire Caspar Baader, le seul sans le statut de vice-président, et le député bernois Adrian Amstutz. Le député neuchâtelois Yvan Perrin reste vice-président.

Trois personnes seront responsables de domaines spécifiques. Christoph Blocher prendra en charge la stratégie et les campagnes. Jasmin Hutter, député st-galloise, sera responsable de la formation. A Walter Frey, ancien député zurichois, a été confiée la tâche de renforcer les contacts avec l'économie.

Christoph Blocher annonce qu'il aura à disposition une équipe, employés ou bénévoles, et qu'il y aura «de nombreux groupes» de travail. Jasmin Hutter et Walter Frey auront aussi leurs propres équipes au sein du secrétariat général.

Fin de l'infobox


Liens

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

×