Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

La conjoncture suisse atteint ses limites

Le secteur de la construction continue de stagner

(Keystone)

La croissance de l'économie helvétique se poursuit. Mais son amplitude devrait s'affaiblir lors du 2ème semestre 2006, selon le KOF.

L'institut conjoncturel zurichois annonce cette prévision baissière sur la base des données tirées du secteur industriel, bancaire et de la construction.

La croissance économique ne devrait plus s'accélérer en Suisse début 2007, selon les experts zurichois du KOF. Le baromètre conjoncturel de l'institut de recherches subit en effet un coup d'arrêt en août après plusieurs mois de hausse.

Selon l'institut conjoncturel, l'accélération de la croissance du PIB (produit intérieur brut) devrait ainsi se maintenir seulement en deuxième moitié de 2006. Le baromètre a atteint 2,42 au mois d'août après 2,48 en juillet et 2,47 en juin.

Dans le domaine principal (économie nationale sans la construction et l'industrie bancaire), cette tendance fait suite aux légères baisse de régime de l'industrie suisse et de l'industrie européenne, d'après le KOF.

Dans la construction, l'évolution plate de l'indicateur observée il y a un mois se confirme. Quant à l'indicateur pour l'industrie bancaire, il continue à montrer une tendance légèrement en recul.

Pour rappel, le baromètre conjoncturel du KOF indique sur le plan qualitatif l'évolution de la valeur ajoutée de l'économie nationale par rapport à l'année précédente. Et ce dans six mois environ. Il s'inspire de plusieurs enquêtes dans l'industrie et dans le commerce de gros ainsi que la confiance des ménages.

L'optimisme prudent de la BNS

La Banque nationale suisse (BNS), elle, maintient sa confiance dans l'avenir de l'économie helvétique. Son président, Jean-Pierre Roth, a annoncé ce lundi qu'il tablait sur une croissance d'environ 2% du produit intérieur brut (PIB) en 2007.

Avec cette prévision, la BNS se montre plus optimiste que les experts de l'administration fédérale et de UBS. Ils tablent en effet sur un essoufflement de la croissance à 1,5% et 1,4%, respectivement.

Pour l'année en cours, Jean-Pierre Roth table, lui, sur une croissance de 2,5%, tout en ajoutant qu'il s'agit d'une prévision prudente. Le président de la BNS attend également une amélioration du marché du travail en 2007. Selon lui, on devrait s'approcher d'une situation de plein emploi avec un taux de chômage inférieur à 3%.

Sur le front du renchérissement, la BNS n'attend pas de méchante surprise. L'objectif de stabilité des prix devrait être atteint également en 2007 si on n'enregistre pas de hausse soudaine des prix du pétrole. L'inflation devait alors être comparable à celle de l'année en cours.

swissinfo et les agences

Centre de recherches conjoncturelles

Le Centre de recherches conjoncturelles de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (KOF) publie l'une des prévisions économiques les plus ...

Le nouveau baromètre conjoncturel du KOF

En raison de leurs évolutions conjoncturelles particulières, deux secteurs économiques ont été séparés du reste de l'économie dans le calcul du baromètre. Il s'agit des branches de la construction et de la banque. Un indicateur particulier est calculé pour chacune d'elles.

Le reste de l'économie suisse est regroupé sous le concept de PIB principal. Pour le mesurer, les économistes se basent sur trois indicateurs illustrant la situation de l'industrie suisse, celle de la consommation, et celle des exportations vers l'Union européenne.

Fin de l'infobox


Liens

×