Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

La loi sur l'électricité passera au vote populaire

Le dépôt de l'initiative, lundi à Berne.

(swissinfo.ch)

Le peuple aura le dernier mot en matière de libéralisation du marché de l'électricité. Le référendum lancé par les syndicats et une partie de la gauche a été déposé lundi à Berne. Selon le Comité référendaire, 71 861 signatures ont été récoltées, dont 66 330 sont validées.

Près de la moitié des signatures proviennent de Suisse romande. Le référendum contre la nouvelle loi sur la libéralisation du marché de l'électricité adoptée par le Parlement le 16 décembre dernier a été lancé en janvier par l'Alliance de gauche à Genève, rejointe ensuite par l'Union syndicale suisse, les syndicats chrétiens de Suisse romande, les sections romandes du PS et les Verts.

Selon les référendaires, la libéralisation du marché de l'électricité provoquera la pagaille dans l'approvisionnement, et n'aura guère d'autres résultats qu'une augmentation des prix et des pertes d'emplois.

Ce qui se passe actuellement en Californie - pannes, mauvais entretien des installations et prix en hausse vertigineuse - illustrerait d'ailleurs ce qui attend la Suisse si elle persiste dans la voie de la libéralisation à outrance.

«L'expérience californienne a montré jusqu'à l'absurde que le marché n'est pas l'instrument universel de planification et de régulation économique», a ainsi déclaré lundi le conseiller national Pierre-Yves Maillard (PS/VD).

La libéralisation de l'électricité oblige les acteurs privés et publics à réduire les capacités de production excédentaires pour éviter que les prix ne s'effondrent par excès d'offre. Cette tendance s'est vérifiée partout, selon Pierre-Yves Maillard.

Or, en raison de la quasi-impossibilité de stocker l'électricité, il est nécessaire d'avoir des capacités excédentaires de production, pour être sûr de disposer en tout temps de l'électricité suffisante. «De cette façon seulement, on peut supporter une croissance économique rapide ou un phénomène climatique particulier», a dit le socialiste vaudois.

swissinfo avec les agences

×