La lutte continue en Suisse aussi

Environ 2000 personnes ont bloqué l'accès au tunnel ce mardi 25 juin. Keystone

La manifestation de mardi contre la réouverture totale du tunnel du Mont-Blanc n'est qu'un début. Interview du député Vert Patrice Mugny.

Ce contenu a été publié le 25 juin 2002 - 19:51

Plusieurs milliers de personnes ont protesté contre l'ouverture du tunnel du Mont-Blanc aux camions de plus de 40 tonnes. Un accès sans entrave décidé par le gouvernement français un peu plus de trois ans après l'accident qui avait tué 39 personnes le 24 mars 1999.

Parmi les manifestants de mardi figuraient plusieurs dizaines de Suisses, dont le coprésident des Verts, le conseiller national genevois Patrice Mugny.

swissinfo: les opposants à la réouverture totale du tunnel ont-ils échoué?

Patrice Mugny: Depuis le début de cette lutte, la mobilisation n'a pas faibli. Bien au contraire. Elle s'est même étendue à l'Italie. Ce qui est de bonne augure pour l'avenir.

De plus, je constate que depuis la réouverture partielle du tunnel, très peu de camions l'ont franchi. Ce qui constitue également un succès.

Quelle suite va avoir ce mouvement d'opposition?

P.M.: L'idée qui semble rallier le plus de suffrages est de rendre ce passage impraticable aux camions de plus de 40 tonnes. Et ce en organisant des manifestations escargot avec des voitures roulant à 10 km/h devant les camions incriminés.

Nous allons également promouvoir des solutions ferroviaires alternatives, comme la ligne Vallorbe Simplon qui est sous-utilisée ou la ligne du Mont Cenis actuellement en réfection. La ligne du Tonkin (qui relie Evian à Saint-Gingolph) pourrait également être rapidement remise en état.

En outre, de plus en plus de grands transporteurs utilisent des containers facilement transportables par rail.

Comment comptez-vous défendre en Suisse le transport de marchandise par le rail?

P.M.: Sur le plan des infrastructures, nous allons nous battre pour le doublement du tunnel de base du Lötschberg qui doit être ouvert en 2007. Nous allons également soutenir l'ouverture d'une deuxième ligne ferroviaire entre Martigny et Aoste.

En revanche, nous allons combattre l'initiative Avanti qui propose un deuxième tunnel routier au Gothard et contrer d'éventuelles réductions du budget des CFF.

Sur le plan européen, nous militons en faveur d'une augmentation du coût du transport routier (NDLR:40 millions de tonnes de marchandises traversent chaque année les Alpes, dont 10 millions par le rail). Ce qui, incidemment, rendrait nos produits agricoles plus compétitifs sur le marché suisse.

swissinfo/propos recueillis par Frédéric Burnand

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article