La révolution biotech passe par Genève

La biotechnologie est en passe de révolutionner l’industrie pharmaceutique. Keystone Archive

L'Arc lémanique renforce ses compétences dans les biotechnologies, comme en témoigne la prochaine tenue d'un ambitieux forum international.

Ce contenu a été publié le 08 janvier 2002 - 21:09

BioData2002, une appellation high tech pour une conférence aux ambitions européennes, voire mondiales. Ce symposium international, prévu les 22 et 23 janvier prochain à Genève, est en effet l'un des premiers du genre à se tenir en Suisse.

Ses organisateurs veulent en faire un rendez-vous régulier, un catalyseur d'énergie qui permettra à la région lémanique de se profiler à la pointe du secteur des biotechnologies. «L'une des deux ou trois grandes industries de croissances dans le monde», selon Hervé de Kergrohen, président de BioData2002.

Convaincre les investisseurs

Pour que cette perspective se réalise pleinement, en particulier en Suisse, le symposium va en premier lieu tenter de convaincre les investisseurs qui, en dehors de quelques spécialistes, semblent encore sous-estimer ce secteur.

Pourtant, la biotechnologie et son dernier stade de développement, la protéomique, est en passe de révolutionner l'ensemble du secteur de l'industrie pharmaceutique.

Comme l'explique Hervé de Kergrohen, les protéines sont en effet les moteurs de notre organisme. Comprendre leur fonctionnement et leurs multiples expressions basées sur les codes génétiques permettra de développer une vaste palette de médicaments.

Avec deux universités, une école polytechnique fédérale et plusieurs instituts spécialisés, la région lémanique est déjà à la pointe de la recherche scientifique dans ce domaine.

Un centre de compétence

Ce savoir bénéficie déjà du soutien des promotions économiques des cantons de Vaud et de Genève. Il commence à se transformer en savoir-faire industriel, grâce à la présence d'entreprises comme Serono (3e rang mondial dans les biotechnologies), de JP Morgan, l'une des plus importantes banques à investir dans le domaine et de Compaq, leader mondial en bio-informatique.

En outre, Genève abrite la première entreprise de protéomique, Geneprot. Une start-up créée en mars 2000 par des professeurs de l'Université de Genève. Elle est devenue leader mondial, suite à l'entrée dans son capital du géant Novartis.

Le symposium qui se tient à la fin du mois permettra donc aux investisseurs de découvrir une série de start-up au destin tout aussi prometteur et ce juste avant qu'elles n'entrent en bourse.

Pour alimenter ce vivier de jeunes pousses industrielles, Genève va prochainement se doter d'un incubateur (une structure qui facilite la transformation d'une idée ou d'une découverte scientifique en projet industriel) qui complétera celui qui existe déjà à l'EPF de Lausanne.

Frédéric Burnand, Genève

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article