La Russie fait les yeux doux à Pascal Couchepin

Pascal Couchepin en discussion avec son homologue russe German Greff. Keystone

A Moscou, le Conseiller fédéral Pascal Couchepin a été accueilli avec beaucoup d'égards. Il faut dire que la Russie s'emploie à attirer les investisseurs étrangers. Et le ministre de l'économie suisse est accompagné par une importante délégation d'entrepreneurs helvétiques.

Ce contenu a été publié le 30 mars 2001 - 20:18

Pascal Couchepin refusait de se rendre en Russie à l'époque communiste. Et aujourd'hui, son titre de Conseiller fédéral ne lui a pas ouvert toutes les portes à Moscou. Le président Poutine et le Premier ministre Mikhaïl Kassianov n'ont pas trouvé le temps de le recevoir.

Mais, le ministre suisse de l'économie a été reçu par son homologue russe. «Nous voulons que les investisseurs suisses se sentent ici comme à la maison», lui a assuré, vendredi, German Greff, qui porte le titre de ministre du développement économique.

La Suisse est le huitième investisseur mondial. Malgré de bonnes relations bilatérales, ses investissements en Russie sont encore relativement faibles, a souligné le Conseiller fédéral.

«Les investisseurs sont comme des biches. Ce sont des animaux timides. Si elles ont été effrayées, elles partent pour longtemps. Il faut douceur et patience pour les faire revenir», a expliqué Pascal Couchepin. C'est pourquoi les réformes du système fiscal russe revêtent toute leur importance, de même que la sécurité du droit.

Malgré les progrès réalisés ces dix dernières années, la Russie est consciente de son image négative à l'étranger, due notamment aux problèmes d'instabilité et de corruption. Vladimir Poutine va y mettre de l'ordre, a affirmé M. Greff.

Pascal Couchepin a également rencontré le ministre russe des finances Alexei Koudrine. De concert avec son collègue du développement économique, il lui a présenté les nombreux projets de baisse de la fiscalité, de dé-bureaucratisation du pays, et d'encouragement des investissements.

Pour stimuler le droit à la propriété, Pascal Couchepin a apporté une aide financière de 5 millions de francs destinée à moderniser le cadastre de Moscou.

Reste que les investisseurs potentiels qui font partie du voyage ne croient pas à des changements très rapides. Mais ils se disent plutôt encouragés par les discours des officiels.

Henri Roth, Moscou

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article