La Suisse a le taux le plus élevé de population active dans le monde

Véritable baromètre de l'évolution du marché du travail dans le monde, le rapport du Bureau International du Travail publié lundi nous apprend notamment que les Américains travaillent plus et mieux que leurs collègues des autres pays développés.

Ce contenu a été publié le 06 septembre 1999 - 17:42

Véritable baromètre de l'évolution du marché du travail dans le monde, le rapport du Bureau International du Travail publié lundi nous apprend notamment que les Américains travaillent plus et mieux que leurs collègues des autres pays développés.

67,4 pour cent des Helvètes travaillent. Mais c'est le seul indicateur qui distingue encore ce pays réputé pour son esprit travailleur. Car les Suisses travaillent moins longtemps que la plupart de leurs voisins, en particulier la France et l'Italie. Avec 1643 heures de travail par année, les Suisses se situent donc dans la basse moyenne européenne, tout comme les Danois, les Hollandais et les Irlandais. Ils suivent également le mouvement de réduction du temps de travail, à l'oeuvre dans les pays industrialisés, à l'exception des Etats-Unis, qui suivent le mouvement inverse, avec presque 2000 heures de travail par année.

Les Américains sont donc à la pointe, que se soit en matière de temps de travail, de part de la population active - presque autant qu'en Suisse - ou de productivité. Ces résultats, qui sont la conséquence de la déréglementation du marché américain, expliquent en bonne partie la bonne santé de l'économie américaine.

Mais le rapport montre également que le taux de productivité en Europe croît plus rapidement qu'aux Etats-Unis : une tendance également observée dans
plusieurs pays d'Asie. La suprématie de l'économie américaine n'est donc pas forcément éternelle et les règles qui la régissent ne sont pas la voie unique vers le succès.

Frédéric Burnand

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article