La Suisse au secours des Tchèques

Le village d'Obristi n'est plus qu'un tas de ruines. (Photo R. Grossenbacher) Rolf Grossenbacher

La République tchèque a été inondée il y a six mois. Ses habitants en supportent encore les conséquences. La Suisse les aide à reconstruire.

Ce contenu a été publié le 08 janvier 2003 - 17:02

Un représentant de l'aide suisse au développement est sur place depuis août. Bilan intermédiaire.

Immédiatement après les inondations, l'aide internationale était importante. La Suisse y avait également contribué en faisant parvenir des déshumidificateurs, pompes et autres produits désinfectants pour une valeur de 750 000 francs.

Désormais, les Tchèques tentent de reconstruire. Mais c'est difficile. Car l'argent promis par les autorités du pays n'arrive pas.

Du coup, les habitants ne savent pas vraiment comment ils vont passer l'hiver, tout particulièrement dans le nord du pays.

Les infrastructures ont beaucoup souffert. Les habitations privées se sont effondrées. Les bâtiments publics, les ponts et les routes sont totalement ou en partie détruits.

Les effets des inondations sur l'économie de la région ne sont pas encore visibles. Pourtant, de nombreuses exploitations agricoles et petites entreprises ont cessé leur activité.

Une aide concentrée au nord

En principe, l'Etat subventionne la reconstruction de tous les dégâts provoqués par les inondations à hauteur de 20%. Mais un déficit record est prévu dans le budget 2003. Du coup, l'attribution des montants reste incertaine.

Par conséquent, la Direction du développement et de la coopération (DDC), en collaboration avec le ministère suisse des Affaires étrangères, a lancé deux programmes de reconstruction.

Ils doivent permettre de soutenir financièrement des exploitations agricoles privées et des petites entreprises et de reconstruire des institutions sociales. En agissant vite, la DDC sauve de petites entreprises de la fermeture et garantit le fonctionnement des écoles.

Suite aux inondations, le gouvernement suisse avait décidé de mettre 10 millions de francs à disposition pour la reconstruction en République tchèque.

Cette aide se concentre sur des communes petites et faibles financièrement dans le nord du pays. Le programme d'aide est cependant organisé et coordonné depuis Prague, où le représentant de la DDC, Hugo Gisler, a établi un bureau de la coopération dans les locaux de l'ambassade de Suisse.

Ne pas faire l'aumône

Selon Hugo Gisler, il faut compter avec une aide à environ 400 petites entreprises et 300 exploitations agricoles privées. Le programme comprend le versement de prêts sans intérêts aux entreprises concernées.

Un intérêt est certes bien prévu, mais il ne sera que de 1% et seulement après cinq ans. Ces prêts devront être remboursés après dix ans. Non pas à la Suisse, mais aux communes de la région.

Ces communes auront alors l'obligation de consacrer les montants ainsi remboursés au soutien d'institutions sociales.

Hugo Gisler précise que le but de l'aide suisse n'est pas de faire l'aumône, mais de soutenir certains composants économiques. La Suisse veut que son argent représente une sorte d'aide à l'investissement, non pas qu'il crée une dépendance.

C'est pourquoi la collaboration avec les autorités locales est aussi très importante. «Finalement, il s'agit avec notre programme de créer des relations de partenariat», déclare Hugo Gisler.

Mais il faudra encore attendre quelques semaines pour voir à quel point ce programme d'aide est efficace. Les requêtes auront alors été examinées et l'argent distribué.

Soutien aux institutions sociales

L'aide suisse ne se consacre pas uniquement au domaine économique. La DDC a aussi prévu de participer financièrement aux travaux de réhabilitation des institutions sociales touchées pour les inondations.

Les eaux ont causé d'importants dégâts à des institutions telles que des écoles, des maisons de retraites et des crèches. Et celles-ci sont désormais confrontées à des problèmes financiers.

Au total, la DDC soutiendra douze de ces institutions. Les travaux de reconstruction sont d'ailleurs déjà en cours. Et il y a déjà des résultats concrets: une partie des activités scolaires a pu reprendre dans d'anciens bâtiments et les crèches sont à nouveau fonctionnelles.

Pour cette année 2003, la DDC va poursuivre ses efforts en République tchèque. Un nouveau programme se consacrera plus particulièrement à la protection des biens culturels et à la prévention.

swissinfo, Carole Gürtler à Prague

Faits

La Suisse a accordé 0,75 million d'aide d'urgence
5,4 autres millions sont consacrés à l'aide aux petites entreprises
et 0,9 million à l'aide aux institutions sociales

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article