Navigation

La Suisse touchée par la grève des aiguilleurs européens

A l'aéroport de Bâle-Mulhouse aussi, des passagers ont subi d'importants retards et des annulations de vols. Keystone

Tous les aéroports internationaux ont accumulé retards et annulations.130 liaisons entre la Suisse et la France ont été supprimées.

Ce contenu a été publié le 19 juin 2002 - 17:35

Mercredi, l'EuroAirpot de Bâle-Mulhouse et Zurich-Kloten ont supprimé 50 mouvements chacun. Et Genève-Cointrin une bonne trentaine.

Air France, Air Lib, Easyjet et Swiss ont annulé la quasi totalité de leurs vols à destination ou en provenance de France. Ces perturbations ont incommodé 2300 clients de la nouvelle compagnie aérienne helvétique.

Des retards de 45 minutes et plus

Généralement bien informés de la grève, les passagers ont tout de même dû faire preuve de patience avant de pouvoir enfin monter dans les appareils assurant les liaisons européennes et intercontinentales.

A Genève, les retards ont atteint 45 minutes en moyenne. Et ailleurs, jusqu'à deux heures.

Le trafic aérien vers le Sud a souffert de l'entrée en grève à la mi-journée des aiguilleurs portugais, grecs et italiens.

Un espace aérien européen unique

Pour mémoire, les contrôleurs aériens européens protestaient mercredi contre le projet de la commission européenne qui vise à créer un espace aérien unique.

Les syndicats craignent qu'il n'ouvre la voie à une privatisation du contrôle aérien et à des suppressions d'emplois.

L'appel à la grève a été bien suivi. Les contrôleurs aériens français ont fait grève toute la journée. Les Grecs et les Portugais ont débrayé pendant quatre heures environ. Et les Italiens pendant une heure.

En outre, des actions de solidarité ont été organisées dans d'autres pays. Notamment en Slovénie où les capacités ont été réduites de 15 %.

Une grève générale est annoncée en Espagne pour jeudi. Le mouvement devrait aussi avoir des répercussions sur le trafic aérien.

Les aiguilleurs suisses de Skyguide n'ont pas participé au mouvement. Mais ils ont exprimé leur solidarité avec leurs collègues européens en n'assurant qu'un service minimum.

swiswinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.