Le mariage entre Diax et Deutsche Telekom n'aura pas lieu

Le géant allemand Deutsche Telekom est toujours absent de la téléphonie mobile en Suisse. Keystone

Le poids lourd allemand des télécommunications, Deutsche Telekom, a mis un terme aux négociations menées sur un rachat de l´opérateur suisse diAx. Selon le Financial Times Deutschland (FTD), les discussions ont été arrêtées «sans résultats».

Ce contenu a été publié le 02 novembre 2000 - 16:06

L'échec des négociations laisse Deutsche Telekom sans partenaire solide dans la perspective des enchères pour l'attribution des licences de téléphonie mobile de troisième génération (UMTS) qui débuteront le 13 novembre en Suisse, souligne le quotidien économique dans son édition de jeudi.

«Nous nous lancerons dans les enchères avec nos partenaires actuels», a précisé Monika Walser, porte-parole de diAx. Ceux-ci sont d'un côté, le groupe de télécommunications américain SBC Communications (40 pour cent) et de l'autre plus de 60 compagnies d'électricité suisses ainsi que les assureurs Swiss Re et Winterthur, réunis dans diAx Holding et possédant 60 pour cent du groupe.

Selon le «FTD», diAx compte quelque 700 000 abonnés dans le pays dans la téléphonie mobile et 300 000 dans la téléphonie fixe. Malgré l'échec de ses discussions avec Deutsche Telekom, l'opérateur zurichois se dit ouvert à une ou plusieurs autres alliances. Le bruit court d'ailleurs dans la branche que SBC souhaite se retirer de diAx.

Si le géant allemand est toujours absent de la téléphonie mobile en Suisse, il y est en revanche présent dans la téléphonie fixe avec Multilink. Pour l'UMTS, il se lancera donc très probablement seul dans les enchères. Un partenariat de dernière minute avec Mobile Com, filiale de Swisscom, paraît peu vraisemblable, estime le FTD.


swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article