Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Le oui ne fâche que la droite dure

A l'exception de la droite populiste, le monde politique suisse exprime une large satisfaction à l'issue du vote positif sur Schengen/Dublin.

Quant à l’approbation du partenariat enregistré, elle fait crier victoire aux organisations homosexuelles, tandis que les opposants parlent d'une «évolution inquiétante».

Au soir du oui des Suisses aux accords de Schengen/Dublin, le président de la Confédération Samuel Schmid est venu seul dimanche devant les journalistes pour montrer que le gouvernement parle d'une seule
voix.

«Le Conseil fédéral reste convaincu que la voie bilatérale demeure pour l'heure la seule option qui permette à la Suisse d'approfondir sa coopération avec l'Union européenne (UE). Dans cette optique, il s'engagera en faveur de l'extension de l'accord sur la libre circulation des personnes», déclare le président.

De son côté, la ministre des Affaires étrangères Micheline Calmy-Rey explique que fait, les opposants ont fait de ce scrutin un vote qui va plus loin que le simple accord de Schengen, en émettant des critiques sur la voie bilatérale que suit le gouvernement.

«Je suis aujourd'hui très contente que les opposants soient isolés, qu'ils aient perdu la bagarre et que le Conseil fédéral se voie conforté dans sa ligne», déclare la cheffe de la diplomatie helvétique.

Défaite des isolationnistes


La droite populiste n'en désarme pas pour autant. L'Union démocratique du centre (UDC) estime que le oui à Schengen a valeur de non à l'adhésion à l'UE. Il est donc temps de retirer la demande d'adhésion de la Suisse, aujourd'hui gelée. L'Action pour une Suisse indépendante et neutre (ASIN) abonde dans le même sens.

Le parti socialiste suisse (PS) se félicite quant à lui d'une «nouvelle défaite de la politique isolationniste» des milieux conservateurs, au premier rang desquels figurent l'UDC et l'ASIN. «C'est aussi la preuve qu'il ne suffit pas de dépenser des sommes faramineuses et de diffuser une propagande manipulatrice pour l'emporter dans les urnes», souligne le PS dans un communiqué.

Chez les Radicaux (centre droit), Felix Gutzwiler, chef du groupe parlementaire, se réjouit du oui à Schengen/Dublin. Une fois de plus, le peuple s'est prononcé contre l'isolement et le résultat prépare au mieux le terrain à la voie bilatérale à venir. Pour le député radical, le grand test est toutefois pour septembre, avec la votation sur la libre circulation des personnes.

Pour le Nouveau mouvement européen suisse (NOMES), l'objectif d'une entrée dans l'Union européenne subsiste, mais le groupement continuera de soutenir la voie bilatérale, explique Christa Markwalder, sa vice-présidente.

La fin d’une discrimination


Quant au scrutin sur le partenariat enregistré, les organisations d'homosexuels accueillent son résultat comme une «magnifique victoire», selon le mot de Jean-Paul Guisan, secrétaire pour la Suisse romande de l'Organisation suisse des gays Pink Cross.

«C'est une votation symbolique et le signe de l'acceptation des homosexuels par la société», ajoute Nicole Béguin, co-présidente de l'Organisation suisse des lesbiennes.

Les Radicaux, les Démocrates-chrétiens, le PS, Les Verts, le Parti libéral (droite), l'Union syndicale suisse et les Eglises protestantes saluent le verdict. Ils estiment que la nouvelle loi met fin à une discrimination. Pour Samuel Schmid, le oui net du peuple est une décision en faveur d'une institution qui se démarque clairement du mariage.

Pour les opposants par contre, le résultat des urnes est le reflet d'une «évolution inquiétante». Le député évangéliste Ruedi Aeschbacher, co-président du comité d'opposition, y voit l'expression d'un laisser-aller social. L'UDC juge que cette loi apportera plus de problèmes que de solutions. La Conférence des évêques suisses dit aussi avoir pris connaissance du verdict avec déception.

swissinfo et les agences

Faits

Le peuple suisse a accepté en votation les deux objets qui lui étaient soumis ce week-end:
La participation du pays aux accords européens de Schengen/Dublin a recueilli 54,6% de oui.
La nouvelle loi fédérale sur le partenariat enregistré entre personnes du même sexe a recueilli 58,03% de oui.
La participation s’est élevée à 55,9%

Fin de l'infobox

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.