Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Le ras-le-bol du personnel des CFF

Le syndicat perd patience. Au centre, son président Ernst Leuenberger.

(Keystone)

La coupe est pleine: le syndicat SEV a lancé un «avis de tempête» mardi après l'annonce d'une éventuelle interdiction de vacances pour les conducteurs de locomotives durant l'Expo.02. Le SEV attend des mesures concrètes pour lutter contre le manque de personnel.

«C'est la goutte qui a fait déborder le vase», a déclaré le président du Syndicat du personnel des transports et conseiller aux Etats (PS/SO) Ernst Leuenberger. Et le démenti publié par les CFF - qui confirme «dans le jargon CFF» les craintes des syndicalistes - «nous a mis encore plus en colère», a-t-il ajouté.

Ernst Leuenberger a critiqué les «grossières erreurs de planification» et la «négligence» des dirigeants des chemins de fer suisses. L'Expo est planifiée depuis dix ans et elle était d'abord prévue pour cette année, a-t-il rappelé. L'extension des prestations qu'impliquait la récente entrée en vigueur du nouvel horaire 2001 était également prévisible, estime le SEV.

Le syndicat estime qu'un millier de collaborateurs manquent aux CFF et il attend des mesures concrètes «pour corriger les erreurs passées».Pour marquer son mécontentement, le SEV ne s'est pas rendu mardi à une conférence prévue avec la direction des CFF. Il dit toutefois rester ouvert au dialogue.

Le sous-effectif est particulièrement marqué chez les conducteurs de locomotives. Le SEV l'estime à 12%. Pour les CFF, il manque actuellement 200 mécaniciens sur un effectif qui devrait être de 3400. Une centaine de personnes sont actuellement formées, et d'ici fin 2002, 240 autres devraient avoir achevé leur formation, a précisé le porte-parole des CFF Jean-Louis Scherz.

Mais de nombreux secteurs sont touchés par la pénurie, souligne Ernst Leuenberger, comme peuvent l'observer ceux qui prennent régulièrement le train. Par exemple, les agents de train ou encore les équipes de nettoyage.

Pour le SEV, il ne sera possible de reprendre les discussions que lorsque l'entreprise aura annoncé des mesures pour faire face à l'augmentation de trafic prévue l'an prochain. Il demandera en outre une hausse des salaires de 5% lors des négociations de cet automne, soit 2% de renchérissement et 3% d'augmentation.

«Les CFF font pratiquement du chantage vis-à-vis des syndicats qu'ils savent favorables aux transports publics», estime encore le président du syndicat. «En dix ans, ils ont réussi à démolir le métier de rêve de tous les petits enfants: conducteur de trains.»

Comme l'a relevé l'un des conducteurs présent à la conférence de presse, les mécaniciens pères de famille ne peuvent prendre congé durant les vacances scolaires d'été que tous les deux ans en temps normal. Et avec les restrictions imposées par l'Expo.02, cela fera trois ans.

Dans un communiqué, les CFF ont indiqué que leur effectif total était de 28 243 personnes à la mi-juin, soit 128 de plus qu'au début de l'année. De janvier à fin mai, 641 nouveaux employés ont été engagés.

L'entreprise estime le sous-effectif à 500 emplois environ, soit 2%. Le passage rapide d'une situation de sureffectif à la pénurie actuelle est, selon les CFF, à mettre au compte de la hausse du transport des marchandises (+ 37% de 1996 à 2000) et des voyageurs (+12 %). L'introduction de la semaine de 39 heures en juin 2000 est également invoquée.

La fin du tunnel ne devrait pas être visible dans certains secteurs avant octobre 2002, soit à la fin de l'Expo, ajoutent les CFF. En ce qui concerne les vacances et les congés durant cette période, la question devra être discutée avec les commissions de personnel.

Les CFF doivent présenter mercredi à Berne leur offre en qualité de partenaire officiel d'Expo.02 sous le slogan «Vite et bien à Expo.02».

swissinfo avec les agences

×