Le supermarché suisse sur Internet s'implante en France

Alain Nicod, fondateur de LeShop, se dit très fier de cette alliance en France. Keystone

LeShop va s´implanter en France dès novembre. Le pionnier suisse de l´épicerie en ligne a signé un accord de licence avec le groupe tricolore Auchan pour ouvrir deux commerces électroniques, l´un en région parisienne, l´autre en Auvergne.

Ce contenu a été publié le 25 septembre 2000 - 16:58

Petit mais ambitieux. L'entreprise vaudoise, qui devrait réaliser 12 millions de chiffre d'affaires cette année (à titre de comparaison, Migros fait 13 milliards de chiffre d'affaires) cherche déjà à exporter son savoir-faire. Actif depuis deux mois en Argentine, LeShop lorgne déjà sur la France. Ce sera ensuite au tour de l'Allemagne, de l'Italie, du Portugal, du Bénélux, de la Pologne et de la Hongrie.

«Nous sommes très fiers de cette alliance en France car nous démontrons que nous sommes considérés comme des leaders européens du commerce d'épicerie en ligne», souligne Alain Nicod, fondateur de LeShop. En Suisse, son entreprise est la seule à offrir 3500 produits dans tout le pays. Migros limite encore son action à la Suisse alémanique, et Spar aux villes de Zurich, Winterthur et Saint-Gall.

Dans l'Hexagone, le supermarché suisse sur Internet va donc créer le site du géant Auchan. Les premiers «magasins» virtuels desserviront dans un premier temps la région parisienne et le Puy-de-Dôme, en Auvergne. Puis, ce service s'étendra à tout le pays.

Et puis, en Argentine, LeShop est devenu actionnaire minoritaire d'une société qui dessert en ligne Buenos Aires. «Dans cette capitale de 12 millions d'habitants, 10 pour cent de la population a un niveau de vie comparable à celui de l'Europe. En raison de l'insécurité et des problèmes de circulation, les gens fortunés font leurs achats sur Internet», explique Alain Nicod.

La Suisse n'est pas oubliée: LeShop a démarré en septembre les livraisons du soir dans la région de Zurich. Et, en cas de succès ce service sera étendu dans quelques semaines aux autres grandes villes du pays.

Ian Hamel

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article