Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Les étrangers votent comme les Suisses

Le droit de vote est octroyé aux étrangers vraiment intégrés.

(Keystone)

Les deux week-ends d'élections communales que viennent de connaître Fribourg et Vaud montrent que le vote des étrangers ne bouleverse pas la donne.

Appelés pour la première fois à élire leurs édiles dans ces deux cantons, les étrangers ont été peu nombreux à se rendre aux urnes. Et ceux qui l'on fait ont voté comme les Suisses, ou juste un peu plus à gauche.

«C'est la bouteille à encre», répond René Knüsel lorsqu'on lui pose la question de l'influence du vote des étrangers dans les cantons, surtout romands, qui l'ont déjà introduit.

«Je n'ai pas connaissance d'une étude sur le sujet. Tout au plus, a-t-on pu constater une inclinaison un peu plus à gauche que celle des Suisses», explique à swissinfo ce politologue de l'Université de Lausanne

Faut-il y voir une explication de la poussée rose-verte enregistrée dans certaines villes vaudoises (dont Lausanne, la capitale) et du passage à gauche de l'exécutif de Fribourg et de sa grande commune périphérique de Villars-sur-Glâne? Possible.

Le facteur intégration

Mais pour le reste, les choix des étrangers ont été remarquablement conformes à ceux des Vaudois et des Fribourgeois pure souche. Et ceci, selon le politologue, parce que «les étrangers qui ont voté sont tellement intégrés qu'ils sont assez conformes au reste de la société helvétique.»

Sur Vaud en effet, le scrutin n'était ouvert qu'aux détenteurs d'un permis annuel ou d'un permis d'établissement pour autant qu'ils résident depuis dix ans en Suisse et depuis trois ans dans le canton.

A Fribourg, seuls les détenteurs du permis d'établissement avaient accès aux urnes et l'exigence était de cinq ans de résidence dans le canton.

«Avec ces restrictions, on montre qu'on veut accorder le droit de vote à ceux qui sont vraiment intégrés, souligne René Knüsel. Et leur vote montre qu'ils le sont».

Les débuts sont toujours timides

Reste que ce nouveau droit, souvent conquis à coups d'initiatives populaires et de combats épiques, peine encore à séduire ceux qui en bénéficient.

A Fribourg, où la participation globale a été de 31%, elle n'atteint que 15% chez les étrangers. Et dans le canton de Vaud, où la participation globale ne sera connue que dans plusieurs jours, après compilation des résultats de 381 communes, celle des étrangers est estimée entre 20 et 25%.

Ce taux vaudois surprend plutôt René Knüsel, qui s'attendait à nettement moins. Le politologue tire un parallèle avec le droit de vote des femmes, puis celui des jeunes dès 18 ans, acquis progressivement à partir des années 50.

Au début, le taux de participation de ces nouvelles citoyennes et de ces nouveaux citoyens était encore plus bas que celui des étrangers aujourd'hui. Et si les jeunes peinent toujours à s'intéresser à la chose publique, les femmes par contre votent désormais autant que les hommes.

La force de l'exemple

René Knüsel ne doute pas qu'il en ira de même avec les étrangers. «Ils vont prendre progressivement conscience de ce droit, note le politologue. Et il va y avoir des gens dans les partis et dans les conseils qui vont militer en sa faveur».

Notamment en montrant l'exemple. Ainsi, il s'est souvent vérifié qu'une femme élue dans un exécutif communal ou cantonal en attire d'autres. «Cela montrera que la politique n'est plus réservée aux Suisses hommes entre 50 et 60 ans. Et c'est porteur pour la démocratie», se réjouit René Knüsel.

Mais pour cela, encore faudra-t-il que les étrangers accèdent aux postes en vue. Or ce que l'on a surtout constaté ces deux derniers week-ends, à Fribourg comme dans le canton de Vaud, c'est une certaine tendance des électeurs à biffer les noms exotiques sur les listes des partis.

Rien de bien étonnant à cela. Dans un scrutin communal, l'électeur – qu'il soit suisse ou étranger d'ailleurs – à tendance à donner sa voix aux gens qu'il connaît. Et à biffer ceux dont les noms lui sont le moins familiers.

Il y a tout de même des exceptions. Ainsi à Villars-sur-Glâne, troisième commune du canton de Fribourg, la nouvelle majorité de gauche à l'exécutif doit beaucoup à l'élection du socialiste Allan Alves da Costa, élu avec un passeport uruguayen.

swissinfo, Marc-André Miserez

Faits

La population du canton de Fribourg compte 16% d'étrangers.
Lors des élections communales du 5 mars, le taux de participation a été de 31% pour les Suisses et 16% environ pour les étrangers.
La population du Canton de Vaud compte 27% d'étrangers.
Le taux de participation global aux élections communales du 12 mars ne sera connu que dans quelques jours. Celui des étrangers est estimé entre 20 et 25%.

Fin de l'infobox

En bref

- Sur les 26 cantons et demi-cantons suisses, neuf accordent certains droits politiques aux étrangers.

- A Neuchâtel, ils ont le droit de vote (mais pas d'éligibilité) au plan communal depuis 1850. Droit étendu au plan cantonal en 2000.

- Dans le Jura, les étrangers ont le droit de vote et d'éligibilité au plan communal et de vote au plan cantonal depuis la création du canton en 1978.

- Dans les cantons de Vaud (depuis 2002) et de Fribourg (depuis 2004), ils ont le droit de vote et d'éligibilité au plan communal.

- A Genève, les étrangers ont le droit de vote, mais pas d'éligibilité, au plan communal depuis 2005.

- Par ailleurs, entre 1995 et 2005, Appenzell Rhodes-Extérieures, les Grisons, Bâle-Ville et Soleure ont choisi de laisser la possibilité à leurs communes d'introduire le droit de vote pour les étrangers. Toutes ne l'ont pas encore fait.

Fin de l'infobox

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Billets gratuits pour rencontrer Lili Hinstin

Billets gratuits pour rencontrer Lili Hinstin

SWI plus banner

  • Des infos pertinentes et compactes
  • Des questions et des réponses pour la Cinquième Suisse
  • Discuter, débattre, réseauter

Un seul clic, mais un Plus pour vous !


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.