Les dernières heures des montres Michel Jordi?

L'entreprise s'est diversifiée dans la création de différents objets au style "ethno helvétique". En vain. L'entreprise s'est diversifiée dans la création de différents objets au style "ethno helvétique". En vain.

La société horlogère doit trouver 10 millions de francs. Le conseil d'administration décidera jeudi des mesures judiciaires à prendre.

Ce contenu a été publié le 26 mai 2002 - 13:34

La société, créée en 1988 par Michel et Ki-Young Jordi, est connue pour ses montres d'inspiration ethno. Elle rencontre des difficultés dans l'écoulement de ses produits, explique Michel Jordi, dans une interview publiée dans «Le Matin dimanche».

Après un bond de 30% au 1er semestre 2001, les ventes ont plongé à la suite des attentats du 11 septembre et de la débâcle de Swissair.

Une nouvelle gamme est pourtant prête à être lancée. Mais il manque 10 millions de francs. Et les frais de marketing ont explosé.

«Une petite entreprise familiale n'a aujourd'hui plus les moyens de s'affirmer seule sur le plan international», ajoute Michel Jordi.

Pour exister à ce niveau, une société doit réaliser des ventes de 100 millions par an. «Moi, je n'en étais pas à la moitié», précise encore le patron et président de la société horlogère.

Vaines recherches

Au cours des deux dernières années, le monde de l'horlogerie s'est complètement transformé. Et la concurrence s'est avivée avec l'arrivée et la montée en puissance de grands groupes.

Les démarches auprès des banques et des entreprises de la branche sont restées vaines, note encore Michel Jordi. Celui-ci garde malgré tout encore un petit espoir: «nous avons encore des discussions en cours avec des partenaires éventuels, et nous verrons, d'ici jeudi, comment elles vont se terminer.»

Après avoir entamé une restructuration financée par la famille Jordi, la société nyonnaise a vu son effectif passer de 25 à une douzaine d'employés actuellement. Ces collaborateurs sont essentiellement actifs dans l'administration, le marketing et la vente.

A ces employés, s'ajoutent une cinquantaine de personnes travaillant dans la sous-traitance. La société a vendu près de 500 000 exemplaires de son modèle Swiss Ethno Watch.

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article