Les jeunes veulent une Suisse plus solidaire

Pour les 200 jeunes parlementaires, la valeur n'attend pas le nombre des années. Keystone

Les jeunes parlementaires veulent que la Suisse s'engage davantage sur le plan international en faveur de la paix, de l'environnement et contre la pauvreté.

Ce contenu a été publié le 03 novembre 2001 - 22:17

La 10e session parlementaire des jeunes s'est achevée samedi à Berne. A l'issue de trois jours de débats, les politiciens en herbe, âgés de 14 à 20 ans, ont fait part de leurs revendications à Joseph Deiss, ministre suisse des affaires étrangères.

Un rôle de médiateur

Dans plusieurs pétitions, ils demandent notamment la création d'un organe supranational pour faire respecter les accords internationaux en matière d'environnement.

La Suisse devrait en outre, selon eux, exercer davantage un rôle de médiateur pour la paix. Il faut que la Confédération s'engage au sein de l'ONU pour interdire sur le plan mondial toute livraison d'armes ou de matériel de guerre.

Les jeunes demandent aussi au Conseil fédéral de soutenir le commerce équitable pour lutter contre la pauvreté. Ils proposent que chaque commune helvétique conclue un partenariat avec une commune d'un pays pauvre afin d'améliorer les conditions de vie.

Ces pétitions seront remises au président du Conseil national Peter Hess.

Appel aux Henri Dunant de demain

De nos jours, tout le monde veut être connecté, leur a répondu le conseiller fédéral Joseph Deiss. La Suisse doit être reliée au réseau, à savoir l'ONU. Il n'est pas possible qu'elle manque le «rendez-vous de la paix».

Chaque pays représente ses intérêts et doit se tenir à certaines règles. Pour assurer leur respect, la Suisse, en tant que petit pays, ne dispose que de l'arme des faibles, à savoir le droit.

Et ce droit comprend aussi le droit humanitaire. «On célèbre aujourd'hui le centième anniversaire de l'attribution du prix Nobel de la paix au fondateur de la Croix-Rouge, Henri Dunant», a ajouté M. Deiss. Il a souhaité que de nombreux Henri Dunant se trouvent dans la salle.

La Session fédérale des Jeunes a été lancée en 1991 lors du 700e anniversaire de la Confédération. En 2000, le Parlement voulait déplacer la session hors de la salle du Conseil national. Après de véhémentes protestations, la délégation administrative était revenue sur sa décision.

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article