Les partis bourgeois à l'unisson pour les votations

Les trois partis bourgeois sont sur le même diapason pour les votations du 2 décembre prochain. Keystone

L'UDC, le PDC et le PRD sont sur la même longueur d'onde pour les votations fédérales du 2 décembre. Les trois partis bourgeois acceptent le frein à l'endettement mais rejettent les initiatives du GSsA et de nouveaux impôts.

Ce contenu a été publié le 20 octobre 2001 - 16:28

Les délégués de l'Union démocratique du centre (UDC), réunis à Fribourg, ont très nettement écarté les deux initiatives du Groupe pour une Suisse sans armée (GSsA). Ils se sont alignés sur le conseiller fédéral Samuel Schmid, lequel a demandé une claire reconnaissance pour l'armée et mis en garde contre les dangers de l'initiative «Pour un service civile volontaire pour la paix».

De même, les deux initiatives sur les impôts ont été renvoyées aux oubliettes. «Pour un impôt sur les gains en capital» a été rejeté par 345 délégués, alors que «Pour garantir l'AVS - Taxer l'énergie et non le travail» a été écartée par 341 d'entre eux. Dans les deux cas, aucune voix discordante ne s'est manifestée.

Vendredi, le comité directeur de l'UDC s'était déjà déclaré en faveur de l'introduction de l'article constitutionnel sur le frein à l'endettement.

L'initiative du GSsA balayée

Les initiatives du GSsA n'ont pas non plus eu l'ombre d'une chance à Schaffhouse. Les délégués du Parti radical démocratique (PRD) ont balayé l'initiative sur l'abolition de l'armée à l'unanimité de 158 délégués. L'initiative pour le service civil a été refusée par 153 d'entre eux. Un radical s'est abstenu et un a voté pour.

La taxe sur l'énergie a rencontré une résistance farouche, avec 105 oppositions. Le oui au frein à l'endettement et le non à l'impôt sur les gains en capital avaient déjà été votés lors de l'assemblée des délégués du 18 août à Herisau (AR).

Impôt en berne

A Berne, les délégués du Parti démocrate chrétien (PDC) devaient se prononcer sur deux des textes proposés en décembre. L'impôt sur les gains en capital n'a pas trouvé grâce à leurs yeux, fédérant 195 oppositions pour 15 adhésions. Pour la conseillère fédérale Ruth Metzler, l'initiative a le double défaut de mettre en péril l'impôt cantonal sur la fortune et de nécessiter la mise en place d'un appareil administratif coûteux.

Le frein à l'endettement a drainé 215 voix pour et 15 voix contre. Vendredi déjà, le comité du PDC avait lancé comme mot d'ordre le non à la taxe sur l'énergie et aux deux initiatives du GSsA.

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article