Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Les pauvres étranglés par les primes d'assurance

Lâchés par leur canton, les plus démunis auront du mal à payer leurs primes d'assurance.

(Keystone)

Malgré la hausse des primes d'assurance maladie, peu de cantons augmentent les subsides 2004 pour les personnes à faible revenu.

En Suisse latine, les subventions vont même souvent diminuer, contraignant les plus démunis à recourir à l’aide sociale.

Cette année, les primes de l’assurance maladie obligatoire ont augmenté une nouvelle fois. On peut estimer qu’une famille avec trois enfants paie aujourd’hui en moyenne 10'000 francs d’assurance maladie par année.

A titre de comparaison, en 1997, la prime moyenne était de 166 francs par mois. Six ans plus tard, en 2003, elle grimpait à... 269 francs.

L'aide sociale

Malgré les hausses successives, les subsides des cantons stagnent. C’est le cas de Genève, par exemple.

Pire, cette année, certains cantons ont même décidé de réduire leur aide aux bas revenus (Neuchâtel et le Valais, notamment).

Pour le directeur de l’organisation d’entraide Caritas, «la limite du supportable est dépassée».

«Si les cantons réduisent leur aide aux plus démunis, ces derniers devront se tourner vers l’aide sociale, constate Jürg Krummenacher. Et le nombre de bénéficiaires de l’aide sociale a déjà augmenté de 10%, l’année dernière.»

Pour justifier leur décision, les cantons concernés invoquent des caisses vides. Certains vont même jusqu’à renoncer à l’enveloppe fédérale pour ne pas devoir verser leur contribution.

Une pratique qui a souvent été dénoncée. A Saint-Gall, les socialistes ont d’ailleurs lancé une initiative pour demander qu'au moins 80% de l'enveloppe fédérale soit utilisée.

Des coupes sévères

Cette année, les assurés des cantons romands sont particulièrement touchés par la diminution des subsides. A Neuchâtel, ils vont être réduits de 15% en moyenne pour la plupart des assurés.

Les autorités neuchâteloises ont modifié la limite de revenus donnant droit à une aide. Le nombre de personnes subventionnées va donc diminuer de 4000.

Pour sa part, le Valais a choisi de réduire le montant des subsides de 10% depuis le 1er janvier. Les autorités ont pris cette décision pour ne pas devoir restreindre le nombre de bénéficiaires.

Vaud, qui utilise pourtant l'entier de l'enveloppe fédérale, a tout de même restreint les conditions d’octroi de son aide pour faire face à l’augmentation du nombre d'ayants droit.

Des cantons plus généreux

Jura et Fribourg sont les exceptions romandes. Tous deux ont choisi de ne pas revoir leur prestation à la baisse. Mieux, le canton du Jura a même augmenté ses subsides de 300’000 francs.

Fribourg dispose également de 5,5 millions de francs supplémentaires. Cela permet au canton d'augmenter les subsides individuels et d'élargir légèrement le cercle des bénéficiaires.

En Suisse alémanique, les primes sont généralement moins élevées qu'en Suisse romande. Jusqu’ici, le recours aux subsides a donc été moins important. Par conséquent, les cantons alémaniques ont une marge de manœuvre plus grande pour augmenter ce poste.

A Bâle-Ville, où la hausse des primes pour 2004 a dépassé 6%, les autorités ont décidé d'injecter 6 millions de francs supplémentaires, même si le canton utilise déjà l'entier de l'enveloppe fédérale.

Pour sa part, Thurgovie n’avait pas utilisé entièrement la subvention fédérale l’an dernier. Les autorités vont donc augmenter les subsides pour 2004. Au total, l’enveloppe contient 1 million de plus qu'en 2003.

swissinfo et les agences

Faits

Près de 2,5 millions de personnes bénéficient d’une aide pour les primes d’assurance maladie.
Depuis 1997, les primes ont augmenté de 7% en moyenne chaque année.
En 2004, les subsides de la Confédération atteignent 2,3 milliards de francs.
1,1 milliard de francs devraient être pris en charge par les cantons.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×