Les pilotes russes ont reçu des ordres contradictoires

Les pilotes du Tupolev ont obéi à la tour de contrôle et non à leur système embarqué Keystone Archive

C'est ce que révèlent les boîtes noires des deux avions entrés en collision la semaine passée au-dessus du lac de Constance.

Ce contenu a été publié le 08 juillet 2002 - 17:23

Le pilote du Tupolev qui est entré en collision la semaine dernière avec un Boeing, au-dessus du lac de Constance, a reçu du contrôleur aérien suisse un ordre contradictoire avec celui provenant de son système automatique d'alarme.

C'est ce qu'a annoncé lundi le Bureau allemand d'enquête sur les accidents d'avion (BFU), sur la base de l'examen des enregistreurs de vols des deux appareils. La catastrophe a provoqué la mort de 71 personnes.

Les enquêteurs allemands ont indiqué que le système anti-collision «TCAS» du Tupolev-154 avait ordonné au pilote de prendre de l'altitude 40 secondes avant le choc. Une seconde plus tard, seulement, l'aiguilleur suisse de Skyguide lui donnait l'ordre d'entamer une descente.

En effectuant cette dernière manœuvre, le Tupolev a percuté le Boeing de DHL, qui avait également perdu de l'altitude, conformément à l'ordre donné par son propre système anti-collision.

Les deux appareils se sont percutés à plus de 10 000 mètres d'altitude au-dessus de la rive nord du lac de Constance, en Allemagne. Une zone dont le contrôle aérien est confié à la société suisse Skyguide.

Par ailleurs, dans sa dernière édition, l'hebdomadaire allemand «Der Spiegel» rapporte que les contrôleurs du sud de l'Allemagne avaient reçu un signal d'alerte de leur radar 132 secondes avant la collision.

Une minute et demie avant le drame, un contrôleur allemand a appelé Skyguide sans succès, la ligne suisse étant dérangée, affirme le magazine.

A Oufa, capitale du Bachkortostan, plus de 2500 personnes ont lundi rendu hommage aux victimes. Les premiers cercueils, arrivés d'Allemagne, ont été enterrés.

Sur les 69 personnes qui se trouvaient à bord de l'avion russe, 45 enfants qui se rendaient en vacances en Espagne étaient originaires du Bachkortostan, tout comme l'équipage de 12 personnes. Un Iliouchine-76 russe avait rapatrié à l'aube les corps de 33 des victimes de la collision survenue lundi dernier.

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article