Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Les producteurs de lait menacent de faire grève

Dès le 3e jour, les consommateurs ressentiraient les effets d'une grève du lait.

(Keystone)

Si le prix du lait n'est pas augmenté, des organisations agricoles menacent de s'associer au boycott d'un mouvement de producteurs européens.

Mardi, les producteurs suisses se sont plaint de leur «situation dramatique» et déploré le manque de courage des organisations officielles de la branche.

Les producteurs en ont ras-le-bol d'être les dindons de la farce. Le syndicat paysan romand Uniterre et des représentants de milieux agricoles alémaniques tirent la sonnette d'alarme.

Ils exigent 1,11 franc par litre de lait à la production, à peu près le double de ce qui est payé actuellement, pour couvrir les frais de production. Sinon, ils brandissent la menace d'une grève de livraison du lait coordonnée à l'échelle européenne si leurs revendications ne sont pas entendues.

Echec de la politique agricole

La nouvelle politique agricole est un échec, a déclaré mardi à Berne le député fédéral et agriculteur Josef Kunz. Près de 1.600 exploitations laitières ont cessé leur production l'an dernier, soit 4,6% du total.

Pour les producteurs, les autorités ignorent la réalité qui veut qu'à partir de 25 vaches le potentiel es économies d'échelle est très petit, comme le démontrent les omptabilités des grandes exploitations allemandes jusqu'à 1000 vaches.

Pour le Centre paysan suisse, le Comité paysan bernois, le groupement d'intérêts paysan «Lutte pour le marché», la «nouvelle coordination paysanne suisse» et Uniterre, les autorités fédérales font fausse route en pensant que la suppression des petites fermes rendra les exploitations qui survivront plus grandes et plus rentables.

Autre constat: le prix du lait a diminué de quelque 40% ces dix dernières années en Suisse, or il n'a pas baissé dans les magasins. «On ne peut plus compter sur les intermédiaires pour faire leur travail», a expliqué Pierre André Tombez, président d'Uniterre.

Pas un problème suisse

Minoritaires au plan suisse l'an dernier, ces revendications s'inscrivent cette fois dans une tendance européenne. Car la pression sur les prix n'est toutefois pas un problème uniquement suisse. Il touche toute l'Europe. Des organisations agricoles de 11 pays européens travaillent ensemble pour chercher des solutions.

Par un regroupement des volumes produits, chaque pays doit pouvoir adapter ses quantités de production aux besoins du marché. Si les négociations pour l'obtention de prix rémunérateurs n'aboutissent pas, une grève de livraison du lait est envisagée.

La hausse ou la grève

«La grève du lait n'est pas pour demain, mais sûrement pour après-demain», a déclaré Pierre André Tombez. Pour être efficace, elle devrait être coordonnée au niveau européen.

Une telle grève européenne, qui pourrait être déclenchée avant la fin de l'année, donnerait des résultats après trois jours, selon M. Tombez. Des négociations deviendraient alors inévitables, selon lui.

Les paysans ne craignent d'ailleurs pas le rapport de force face aux transformateurs et distributeurs, ni un manque à gagner. «Treize jours et demi de grève, sans livrer une seule goutte de lait, ne nous coûterait pas plus cher que la baisse de 2,5 centimes que nous avons subie au printemps», a indiqué Jean-Eugène Pasche, responsable du secteur laitier chez Uniterre.

Autres tentatives

Un tel mouvement avait déjà été imaginé en Suisse juste après la guerre en Suisse, mais le mouvement avait été court-circuité par les livreurs alémaniques. Des tentatives plus ou moins heureuses ont aussi eu lieu en Irlande et en Espagne.

Pour le Zurichois Martin Haab, président du Groupement d'intérêts paysan «Lutte pour le marché», il s'agit d'une question de survie des producteurs de lait. Et l'enjeu est d'importance nationale.

«Essayez d'imaginer la Suisse sans vache laitière, sans fromages typiques. Serait-ce encore la même Suisse? Si vous hésitez, demandez à un Japonais ou à un Américain...»

swissinfo et les agences

Faits

Le nombre de producteurs de lait a passé de 44'360 en 1995/96 à 33'072 en 2003/04.
Le nombre de vaches a diminué de 615'000 à 587'400.
La quantité moyenne de la production par tête était de 4994 kilos en 2000/01 et de 5230 en 2003/04.
Près de 1600 exploitations laitières ont cessé leur production l'an dernier en Suisse, soit 4,6% du total.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.