Les Suisses et l'euro

swissinfo.ch

La Confédération ne sera pas une île au milieu de l'Euroland, la monnaie européenne sera acceptée dans toute la Suisse. Guide pratique pour se préparer à l'arrivée de l'euro.

Ce contenu a été publié le 13 décembre 2001 - 11:30

A quoi ressemblera la nouvelle monnaie européenne ? Quel impact aura-t-elle sur les consommateurs et les entreprises suisses ? Comment éviter de se faire arnaquer ? Faut-il ouvrir un compte en euros ? Comment le taux de change euro/franc va-t-il évoluer ? Les deux monnaies circuleront-elles en parallèle en Suisse ?

Voilà les principales questions auxquelles ce dossier sur la nouvelle monnaie européenne va tenter de répondre pour améliorer votre eurocompatibilité.

Deux monnaies dans les poches

Il y a encore cinq ans, peu d'Européens y croyaient. Et pourtant, c'est désormais une réalité. A partir du 1er janvier 2002, l'euro sera mis en circulation dans douze pays de l'Union européenne (UE).

L'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, l'Espagne, la Finlande, la France, la Grèce, l'Irlande, l'Italie, le Luxembourg, les Pays-Bas et le Portugal vont mettre leur monnaie nationale au rebut. Seul le Danemark, la Grande-Bretagne et la Suède font bande à part.

Les Helvètes sont aux premières loges pour assister à cette gigantesque révolution. Bien qu'elle ne fasse pas partie de l'UE, la Suisse est aussi concernée par l'introduction de l'euro. Comme cette monnaie touche quelque 300 millions d'européens, il est probable qu'il va rapidement se répandre dans l'économie Suisse.

Que ce soit en vacances ou dans leur vie quotidienne, de nombreux Suisses vivront avec deux sortes de billets en poche, voire avec deux comptes en banque. L'impact sera même très important pour les entreprises puisque la Suisse réalise les deux tiers de ses exportations avec l'UE et 80% de ses importations en proviennent.

Luigino Canal

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article