Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Malgré les affaires, les Genevois ne sanctionnent pas le pouvoir

(Keystone)

Les communes genevoises ont élu ce dimanche leurs exécutifs. Un vote qui confirme la montée des Verts dans toute la Suisse, selon Pascal Sciarini.

Le politologue souligne le résultat surprenant en ville de Genève où les électeurs ont reconfirmé la majorité de gauche du gouvernement sortant, pourtant affaibli par une série d'affaires.

La gauche conserve ses 4 sièges au gouvernement de la Ville de Genève. Avec deux socialistes, l'exécutif opère un léger glissement au centre au détriment du parti communiste, laminé lors des élections législatives communales du 25 mars dernier. A droite, les radicaux reviennent sur le devant de la scène en faisant élire Pierre Maudet, l'étoile montante du parti radical suisse.

Le politologue Pascal Sciarini analyse ce vote dans la 2ème plus grande ville de Suisse, comme dans les autres communes du canton.

swissinfo: En dépit des affaires qui ont secoué le gouvernement sortant, la gauche maintient ses positions en ville de Genève. Comment expliquer cette absence de sanction électorale?

Pascal Sciarini: La gauche a très bien su mobiliser son électorat. Les trois partis qui l'incarnent ont élaboré une stratégie tout de suite après les élections municipales en se mettant d'accord sur une liste commune. Et ce en faisant passer le message auprès de leurs électeurs.

Cela a permis à ces forces politiques de se profiler rapidement sur une série de thèmes durant la campagne. Il faut aussi rappeler que les principaux responsables de ces affaires ne se représentaient pas.

Les partis de droite, par contre, ont connu d'importantes tensions concernant leur union et leur éventuelle alliance avec l'UDC (Union démocratique du centre – droite nationaliste, NDLR).

swissinfo: Est-ce à dire que les électeurs n'ont pas voulu sanctionner le gouvernant sortant en rééquilibrant le rapport de force politique comme cela s'est passé aux élections communales?

P.S. : C'est en effet un peu surprenant de constater que le recentrage observé lors des élections pour le Conseil municipal (parlement) ne s'est pas confirmé dimanche.

Lors du scrutin du 25 mars, les extrêmes ont été affaiblis, que ce soit les partis d'extrême gauche ou les libéraux, à droite. Cela s'est réalisé au profit de formations plus centristes, comme les radicaux (centre droit), les démocrates-chrétiens et les Verts. Alors que ce dimanche, le résultat conforte la logique gauche-droite.

Or généralement, on observe un phénomène inverse, soit une polarisation durant les législatives et un recentrage pour les exécutifs.

swissinfo: Comment expliquer cette anomalie?

PS : Le taux de participation (36%) a été très faible. Or dans ce tiers des électeurs qui s'est mobilisé figurent clairement les gens loyaux à leur parti qui ont donc respecté leurs consignes, très claires à gauche, un peu moins à droite.

On peut également penser que le vote protestataire s'est manifesté cette fois-ci par l'abstention.

swissinfo: Quelle leçon peut-on tirer de ces élections en vue des élections fédérales de cet automne?

PS: Si l'on prend en compte les votes de l'ensemble du canton, on voit que les socialistes se maintiennent bien, sans toutefois progresser. Ce qui est conforme au reste de la Suisse romande.

Dans le canton de Genève, comme dans le reste de la Suisse, les Verts ont continué leur progression. Le parti écologiste pourrait donc bien être le principal vainqueur des élections législatives d'octobre prochain.

Quant aux forces qui polarisent le champ politique suisse, comme l'UDC, elles devraient connaître un certain tassement, avec une légère progression possible dans les cantons romands.

Interview swissinfo, Frédéric Burnand à Genève

En bref

Ce dimanche, la ville de Genève et les 18 autres communes genevoises de plus de 3000 habitants ont élu cinq, respectivement trois conseillers administratifs (chacun occupant le poste de maire à tour de rôle pendant une année).

Quant aux 26 communes de moins de 3000 habitants, elles se sont dotées d'un maire et de deux adjoints. Lors de cette opération électorale, 137 sièges ont été repourvus sur l'ensemble du canton.

Lors des élections législatives du 25 mars dernier, les électeurs genevois ont plébiscité les Verts qui ont gagné 20 élus dans l'ensemble du canton.

Les radicaux et les démocrates-chrétiens (centre) ont progressé. L'UDC (droite nationaliste) s'est maintenue, tout comme le parti socialiste.

Les perdants, surtout en ville de Genève, ont été les libéraux (droite) et les formations d'extrême-gauche réunies au sein de l'alliance «A gauche toute!»

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×