Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Manifestation contre le plan de restructuration de la Poste

Les militants exigent le retrait du «Plan Gygi».

(Keystone)

Une centaine d'employés et usagers de la Poste ont protesté samedi, à Berne, contre la fermeture de 900 à 1500 offices postaux. Dans une résolution, ils demandent le retrait du plan de restructuration du réseau postal.

Les militants syndicaux, politiques ou associatifs répondaient à l'appel de l'association Attac Suisse. Ils ont protesté contre le démantèlement du service public et exigé le retrait inconditionnel du «Plan Gygi», du nom du directeur de la Poste.

Le «Plan Gygi» s'inscrit dans le processus de privatisation et de libéralisation du service public postal. Selon Attac, il implique la dégradation des prestations, l'accroissement des inégalités entre régions, l'augmentation des prix et la détérioration des conditions de travail.

«La Poste doit rester un service public, soit garantir à toutes et à tous - quels que soient leur revenu, leur âge, qu'ils/elles habitent en ville ou dans des régions périphériques - un accès à des prestations de qualité», indique le tract d'invitation à la réunion. «Par conséquent, le plan Gygi doit être retiré».

Les protestataires ont pris connaissance de l'initiative du syndicat Communication qui exige l'engagement de la Confédération pour un service postal de base. Selon eux, cette initiative ne suffit pas pour arrêter le plan Gygi. Seule une vaste mobilisation permettra d'atteindre ce but.

Le mouvement était également dirigé contre la nouvelle convention collective de travail et ses dispositions relatives aux salaires, au temps de travail et à la sécurité de l'emploi. Il s'agit d'un retour en arrière, selon Attac qui s'insurge également contre la paix du travail absolue telle que stipulée dans la CCT.

Après la réunion, à laquelle des syndicats étrangers ont également participé, près de 100 personnes ont défilé dans les rues de Berne. Ils se sont rendu dans une poste de la ville. Là, une lettre contenant la résolution a été «symboliquement» remise à un facteur et postée.

swissinfo avec les agences

×