Ministres anti-sociaux et patrons cupides

A Berne, 2500 personnes ont manifesté devant le Palais fédéral. Keystone

A l'occasion des manifestations organisées pour la Fête du travail, les dirigeants syndicaux ont fustigé «la cupidité effrontée des hauts dirigeants économiques».

Ce contenu a été publié le 01 mai 2003 - 21:07

Des incidents avec les forces de l'ordre se sont produits à Zurich, Berne et Bâle.

Dans un contexte économique marqué par la déconfiture de plusieurs fleurons de l'économie suisse, les traditionnelles manifestations du premier mai, placée sous le signe de l'égalité entre hommes et femmes, ont rallié nombre de manifestants.

La politique sociale «déraisonnable» du Président de la Confédération, Pascal Couchepin, n'en a pas moins été épinglée par les syndicats.

7000 personnes à Zurich, 4500 à Genève, 2500 à Berne et 500 à Neuchâtel et Lausanne se sont retrouvées sur des thèmes aussi variés que la défense des emplois, l'opposition à la guerre ou au sommet du G8 à Evian, ou encore, davantage de solidarité.

A Zurich, des échauffourées ont éclaté après la manifestation. Une centaine d´activistes masqués ont lancé des bouteilles à la police qui a riposté avec des balles en caoutchouc et a tenu tête aux extrémistes durant quelques heures.

A Berne, la police a été contrainte de maintenir à distance avec des lances à eau quelque 300 personnes venues manifester devant le siège de l´entreprise d´armement RUAG. A Bâle, deux personnes, dont un policier, ont été blessées lors d´une bagarre.

Mobilisation inégale en Suisse romande

Le traditionnel défilé a rassemblé environ 4500 personnes à Genève. Les slogans contre la guerre étaient nombreux. Le cortège s´ouvrait avec une grande banderole sur laquelle on pouvait lire: «debout contre les profiteurs et les fauteurs de guerre». Quelques panneaux s´opposaient à la réunion du G8, en juin, à Evian.

Entre 400 et 500 personnes ont défilé à Lausanne. La défense des emplois, la dénonciation du sommet du G8, une solution humaine pour les sans-papiers et le maintien des bureaux de poste menacés étaient au cœur des revendications.

Le conseiller national Josef Zisyadis (POP/VD) a pour sa part réclamé «une grève générale comme en 1918, pour montrer qui commande dans ce pays et qui est la seule force qui fait marcher l´économie».

Quelques dizaines de jeunes anarchistes ont jeté des ballons remplis d´eau contre les vitres du Mc Donald´s et de la FNAC et collé des affiches contre les vitres de plusieurs commerces.

Manifestation interjurassienne

La manifestation interjurassienne a rassemblé entre 400 et 500 personnes à Moutier (BE). Evoquant la crise économique que traverse l´Arc jurassienn, le conseiller national Jean-Claude Rennwald a appelé l´Etat à adopter un plan de relance et une politique industrielle «digne de ce nom».

A Bienne, le cortège a rassemblé entre 700 et 800 personnes. Députée au Grand Conseil bernois, Chantal Bornoz Flück a dénoncé la politique du président des Etats-Unis George W. Bush.

Dans le canton de Neuchâtel, près de 150 personnes ont participé au cortège du Locle. Elles étaient près de 300 à La Chaux-de-Fonds et un peu moins à Neuchâtel pour défiler sous le signe de la mobilisation des organisations féminines. Des manifestantes brandissaient des calicots dénonçant «la pauvreté et la violence faite aux femmes».

Déresponsabilisation

En Valais, plus de 500 personnes se sont rassemblées jeudi soir à Monthey pour protester contre la déresponsabilisation des entreprises.

Le site de Monthey a été choisi par solidarité envers les travailleurs de GTec, en sursis concordataire et dont 78 employés (sur 178) ont été licenciés. Le 1er mai a également été fêté à Sion et à Sierre.

A Berne, devant 2500 personnes, le président de l´Union syndicale suisse (USS) Paul Rechsteiner a déclaré la guerre au «degré d´effronterie inimaginable» des dirigeants d´entreprises. Selon lui, la Suisse doit redevenir plus sociale et l´AVS doit être renforcée et non démantelée.

Environ 1000 personnes ont défilé à Bellinzone, où des secrétaires syndicaux se sont exprimés contre les licenciements, le chômage, la restructuration des bureaux de poste et les privatisations. A Lugano, quelque 200 personnes ont demandé l´ouverture au Tessin d´un centre pour les sans-abri.

swissinfo et les agences

Faits

Près de 20 000 personnes ont manifesté jeudi en Suisse.
L'égalité entre hommes et femmes était le thème principal.
Les dirigeants économiques et Pascal Couchepin ont été critiqués.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article