Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Madame LA ministre s’exprime

A Montreux vient de s’achever la conférence ministérielle, préparatoire du sommet qui réunira ce week-end, selon des chiffres actualisés, une quarantaine de chefs d’Etat. L’occasion de communiquer pour la présidente de ladite conférence, Micheline Calmy-Rey.

Il est un genre que le français ne respecte pas autant que l’allemand, langue prise au hasard ou presque. Le sexe féminin. A une journaliste qui l’interrogeait jeudi en conférence de presse, Micheline Calmy-Rey ne s’est pas fait faute de rétorquer qu’elle était une femme, donc Madame LA ministre suisse des affaires étrangères. Le français est ce qu’on en fait.

Quant à la Francophonie, c’est une plateforme qui transcende les blocs, selon la ministre. C’est aussi «un espace de confiance pour débattre», conclut-elle de la conférence ministérielle tenue ces deux derniers jours entre lac et montagnes. Un monde en soi qui influe sur la marche de la planète. Un tiers des membres de l’ONU n’en font-ils pas partie?

Pas moins de sept déclarations, sans compter la finale, sont passées sous l’œil des ministres avant d’arriver ce week-end sous celui des chefs d’Etat. Des thématiques tout ce qu’il y a d’onusiennes. Piraterie internationale, terrorisme, crise en Guinée ou encore Haïti, pays pour lequel, «la Francophonie s’est mobilisée et se mobilisera encore», assure Micheline Calmy-Rey.

La ministre annonce aussi pour dimanche une déclaration finale «courte mais concrète», telle que la Suisse la voulait. Bref, ciel bleu apparent sur les débats à Montreux. Mais à voir le visage souvent fermé de la ministre, on se prend à penser que si la Francophonie, ça fonctionne, pour le coup, ça n’a pas l’air très drôle.

Texte et photos: Pierre-François Besson, Montreux, swissinfo.ch

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.