Navigation

Le Yaoi pour explorer la sexualité au-delà des stéréotypes

Ce contenu a été publié le 14 mai 2019 - 10:22

Des mangas qui mettent en scène des histoires d’amour entre hommes, écrites, dessinées et lues par des filles. Le Yaoi est devenu un genre littéraire à part entière. Populaire au Japon depuis 20 ans, il séduit désormais aussi les adolescentes suisses.

A Lausanne, la librairie Tanigami, spécialisée dans les mangas et l’animation japonaise, consacre une étagère entière aux Yaoi. On y croise surtout des jeunes filles. Même s’il met en scène des romances entre hommes, le Yaoi n’est pas un manga destiné aux homosexuels. Les gays ont d’ailleurs tendance à trouver les histoires trop caricaturales et les personnages trop androgynes.

Le Yaoi est donc conçu par des femmes et pour des femmes. La Radio Télévision Suisse (RTS) est partie à la rencontre des jeunes lectrices éprises de ce genre particulier. Lucille explique pourquoi elle apprécie ces histoires d’amour entre hommes: «Je trouve cela mignon parce que ça apprend qu’il faut avoir l’esprit ouvert et qu’on ne peut pas choisir à la place des autres.»

Né de la frustration des lectrices

Le lectorat féminin semble à l’origine s’être tourné vers le Yaoi faute de se reconnaître dans les mangas qui lui étaient traditionnellement destinés (les shojo), mettant en scène des histoires d’amour où les femmes étaient soumises. Les choses ont désormais évolué, mais le genre a continué à se développer. Pour Namtrac, contributrice pour une revue spécialisée, interviewée par franceinfoLien externe, le Yaoi permet d’«explorer la sexualité et le fantasme au-delà des représentations hétérosexuelles sanctifiées».

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.