Neige et eau créent le chaos au nord des Alpes

L'avalanche qui a fini sa course dans la lac de Brienz à Oberried serait la plus importante depuis 50 ans dans le canton de Berne. Keystone

Jeudi, un fort risque d'avalanche a paralysé plusieurs régions alpines, le Haut-Valais notamment. Mais, ce vendredi, la situation était en voie de normalisation.

Ce contenu a été publié le 09 mars 2006 - 21:55

Le Plateau suisse n'a pas été épargné par le mauvais temps et des inondations ont été signalées dans les cantons de Berne, Soleure, Jura, Argovie et Bâle.

Avalanches, inondations, routes bouclées, toits écrasés sous le poids de la neige mouillée: les Suisses ont serrés les dents en de nombreux endroits du pays toute la journée de jeudi.

En Valais, les voies d'accès menant aux vallées de Conches et au Lötschental ont été fermées. La route conduisant à Loèche, barrée en matinée, a été rouverte en début de soirée, comme aussi la liaison ferroviaire avec Zermatt.

Les trains ont circulé entre Brigue et Kandersteg (canton de Berne), tandis que la route menant à la gare de Goppenstein est restée barrée.

Jeudi soir, il était impossible d'accéder au tunnel ferroviaire de la Furka entre Oberwald (Valais) et Realp (Uri) ainsi qu'à celui de l'Oberalp, entre Andermatt (Uri) et Sedrun (Grisons).

Mais, depuis vendredi matin, la situation a tendance à se normaliser, entre autres dans la vallée de Conches et dans le Lötschental.

Fermées jeudi matin, pour la deuxième fois en une semaine, les routes et lignes ferroviaires de ces régions alpines valaisanne et bernoise ont en effet été rouvertes.

Les raisons du danger

«Notre politique de fermeture des routes est bonne car plusieurs d'entre elles ont déjà été traversées par des coulées», déclare Charly Wuilloud, responsable valaisan pour les dangers naturels. Ces routes ne devaient pas être rouvertes avant vendredi matin.

Malgré les éclaircies du début d'après-midi de jeudi, il était trop dangereux de déclencher des avalanches car comme la neige est très lourde, d'autres coulées auraient pu se produire, explique le Valaisan.

Et Charly Wuilloud de préciser: «Nous attendons avec impatience le retour du froid» qui stabilisera la neige.

Spécialiste à l'Institut fédéral pour l'étude de la neige et des avalanches, Thomas Wiesinger voit trois raisons à ce danger d'avalanches.

Et de citer, d'abord, le rapide réchauffement. Ensuite, les précipitations - neige et surtout pluies jusque vers 1800 m à l'ouest. Enfin, les vents forts en haute altitude.

«Le risque d'avalanche va diminuer un peu mais avec les nouvelles chutes de neige prévues vendredi et samedi, précise Thomas Wiesinger, il ne faut donc pas s'attendre à une baisse rapide de ce risque.»

Douze morts en peu de temps

«Douze morts par avalanche ont été enregistrés en dix-sept jours alors que la moyenne annuelle est de 24, rappelle Thomas Wiesinger. Cela fait beaucoup en peu de temps.»

«Les fortes chutes de neige sur un faible manteau neigeux y sont pour beaucoup, conclut le spécialiste, le tout étant accompagné de vent et de la présence de nombreux vacanciers.»

Jeudi, une avalanche s'est déclenchée en début d'après-midi au-dessus de Château d'Oex (Vaud). La coulée de 200 m de long et de 500 m de large a terminé sa course sur la piste réservée aux skieurs. A priori, elle n'aurait pas fait de victimes.

Dans le canton de Berne, la rive droite du lac de Brienz a été touchée par une coulée de neige mouillée. La route et la voie ferroviaire ont été coupées sur la commune d'Oberried.

Des évacuations de villageois

Dans la même région, les importantes pluies ont déclenché de nombreuses avalanches dans la matinée sur toute la rive droite du lac.

Les trains ne circulent plus entre Brienz et Interlaken. La réouverture de la ligne n'est pas prévue avant dimanche soir. Quant à la route cantonale, elle est fermée entre Niederried et Brienz.

Une soixantaine d'habitants de Niederried et d'Oberried ont été évacués en raison du danger d'avalanches. L'évacuation devait durer au moins jusqu'à vendredi. L'école a été fermée.

A noter enfin que le redoux a provoqué une rapide fonte des neiges sur l'Arc jurassien, dans le Seeland et les cantons de Soleure et d'Argovie. Des caves et des routes ont été envahies par les eaux.

Dans le Jura, c'est la région de l'Ajoie qui a été le plus touchée. Plus que les pluies, c'est une rapide et brutale hausse des températures de 10 degrés qui est à l'origine de ce phénomène.

swissinfo et les agences

Faits

Le danger d'avalanche est important en cas de:
Nouvelle neige accompagnée de vent
Réchauffement rapide important
Faibles couches de neige au sein du manteau neigeux
Le premier beau jour après des chutes de neige est potentiellement très risqué
Les degrés de danger d'avalanche vont de faible, limité, marqué, fort, à très fort

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article