Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Nestlé n'avalera pas le chocolatier Garoto

Un chocolat que Nestlé ne parvient pas à digérer.

(garoto.com)

Les autorités anti-trust brésiliennes bloquent la transaction de près de 250 millions de dollars, annoncée en 2002.

Un véritable revers pour la firme de Vevey, qui devra se défaire en moins de six mois de tous les actifs de Garoto.

Ivan Zurita, le président de la filiale brésilienne de Nestlé, ne cache pas sa déception. Il se dit «embêté et blessé» par le veto opposé par le «Cade», organe suprême de défense de la concurrence, à l’acquisition du numéro 3 du marché du chocolat Garoto.

«Comme président de filiale, cela ne me met pas dans une position confortable vis-à-vis de mon groupe... Peut-être qu’en tant que Brésilien, j’ai un peu tendance à m’emballer en ce qui concerne les relations avec mon pays», a t-il déclaré à la presse après l’annonce du jugement.

Dans un communiqué, la filiale se dit en outre «surprise et perplexe» suite à cette décision «atypique» du Cade, prise à 5 voix contre 1, au terme de deux semaines de délibération à huis clos. Le département juridique de Nestlé étudie désormais un recours éventuel devant la justice.

Affaire de famille

La multinationale de Vevey se posait en sauveur d’une entreprise en difficulté. Garoto, entreprise familiale traditionnelle, disposait d’une bonne image de marque, mais sa gestion était ternie par d’interminables querelles d’héritiers, qui ont fini par ébranler sa position financière.

Nestlé n’avait pas seulement préservé les 3000 emplois, mais s’apprêtait à embaucher à l’approche de Pâques. Or, le shérif anti-monopole brésilien a estimé que cette acquisition conduirait à une trop forte concentration sur le marché du chocolat.

La part de marché de Nestlé et de Garoto s’élèverait au Brésil à plus de 60% en volume, et plus de 50% en chiffres d’affaires – avec des pointes à 80% pour certains produits.

Comme l’Américain Kraft détient par ailleurs 33% du marché, en moyenne, le Cade a estimé que le consommateur brésilien risquait d’être à la merci de hausses de prix abusives.

Chiffres contestés



Le rapporteur du Cade, Thompson Andrade, a en outre contesté un argument en faveur de la fusion. «Nestlé affirmait pouvoir réduire ses coûts (de production) de 12%, mais mes analyses démontrent qu’il y aurait en fait une diminution de seulement 2,7%».

Le Cade, qui dépend du ministère de la Justice, a ordonné la vente des actifs de Garoto dans les 150 jours à venir, et le repreneur devra détenir une part de marché inférieure à 20%, de manière à stimuler la concurrence.

swissinfo, Thierry Ogier à São Paulo

En bref

- Le Brésil est le 5e producteur mondial de chocolat.

- Nestlé Brésil possède 25 usines, où travaillent 15’000 employés.

- Nestlé devra se défaire de tout ce qu'elle avait déjà acheté de l'entreprise Garoto.

- C'est la première fois que le Cade, depuis sa création en 1962, interdit l'acquisition de tous les actifs d'une entreprise par une autre.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×