Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Ni perdants, ni gagnants

(swissinfo.ch)

Le Conseil fédéral et les partis gouvernementaux ont naturellement salué le double oui à la révision de la loi sur l'armée. Pour sa part, l'UDC fait grise mine. Il demande au gouvernement de tenir ses promesses en modifiant la réforme Armée XXI. Le GSsA, lui, reste sur pied de guerre.

«J'aime Hitchckok mais j'espérais un résultat plus clair», a déclaré à l'ats Samuel Schmid à l'issue des deux scrutins relatifs à la loi militaire. Selon le chef du Département fédéral de la défense, il s'agit d'une «victoire de la raison» et d'un appui à la politique de sécurité du Conseil fédéral.

Quoi qu'il en soit, les problèmes du système de sécurité seront rediscutés dans le cadre du projet Armée XXI. «De manière générale, il faut en débattre de manière plus large avec toute la population», a encore souligné le ministre de la défense.

Pour sa part, l'Association pour une Suisse indépendante et neutre (ASIN) regrette que la population ait accepté les deux objets militaires. Son président, Hans Fehr (UDC/Zu), exige maintenant que des corrections soient apportées à Armée XXI, brandissant la menace du référendum si ce n'est pas le cas.

Le Conseil fédéral n'a cessé de répéter que la neutralité de la Suisse n'était pas menacée en cas d'un double oui, et que l'argument d'une subordination à l'OTAN était une invention des opposants. Hans Fehr entend maintenant prendre au mot le gouvernement.

Selon lui, le Conseil fédéral doit apporter des modifications importantes au projet de révision totale de l'armée. mée XXI implique un rapprochement vers l'OTAN et même une subordination à celui-ci.

Le Groupe pour une Suisse sans Armée (GSsA) regrette, de son côté, la sion du peuple. Il estime que si le gouvernement n'adapte pas son projet Armée XXI, il faudra que le peuple choisisse entre l'adhésion à l'OTAN ou l'abolition de l'armée.

«La différence des résultats est tellement petite que l'on ne peut parler de perdants et de gagnants», souligne la conseillère nationale Ruth-Gaby Vermot-Mangold. Pour la socialiste bernoise, il s'agit, en définitive, d'une victoire du non critique de la gauche. D'un non «de solidarité et d'ouverture et non pas de fermeture propre à l'ASIN »

Christiane Brunner se dit soulagée de l'acceptation des deux projets de révision de la loi sur l'armée. Pour elle, il s'agit d'un vote d'ouverture. La présidente du Parti socialiste (PS) s'est dite heureuse de la décision du parti national d'avoir soutenu cet objet. «Quoiqu'on en dise, il s'agissait d'un vote de solidarité et d'ouverture et non d'un vote en faveur de l'armée», a-t-elle souligné.


De son côté, Jacques Neirynck, conseiller national PDC, se réjouit du résultat positif, qu'il interprète comme un signal en faveur de l'engagement de la Suisse sur la scène internationale.

Mais le vaudois attribue le score serré des votations «à la campagne publicitaire (de l'ASIN NDLR) qui a manipulé les électeurs et leur a voilé les véritables raisons pour lesquelles il fallait voter.»

Et Jacques Neirynck d'appeler de ses vœux des règles du jeu plus claires, notamment dans la perspective du débat sur l'adhésion de la Suisse à l'ONU.

Il souhaite que «le Conseil fédéral se dote des moyens qui permettent de mener des campagne régulières. Si des slogans mensongers sont diffusés, ils doivent être sanctionnés. Cela mériterait, même, un passage devant les tribunaux ».

Pour sa part, le PRD est satisfait du résultat du scrutin. Il montre que la majorité des électeurs ne se sont pas laissés abuser par la campagne de désinformation et de diffamation des opposants, déclare-t-il dans un communiqué.

Même si le résultat est serré, il faut le considérer comme un vrai succès, vu les moyens financiers mis en oeuvre par les opposants, a précisé le président des radicaux Gerold Bührer.

La réforme de l'armée, Armée XXI, devra être préparée avec soin et prudence, estime M. Bührer. Pour lui, le double oui de dimanche permet par ailleurs d'espérer en ce qui concerne l'adhésion à l'ONU.

L'ONU a également réagit e façon positive. Interrogée sur ces scrutins, la porte-parole des Nations Unis s'est félicitée d'un «geste de solidarité du peuple suisse avec la communauté internationale en faveur de la paix».

Marie Heuzé a affirmé à l'ats que le «oui» du peuple suisse est important à tous les stades du processus de maintien de la paix: la prévention, la gestion des conflits et la consolidation de la paix.

Jugurtha Ait-Ahmed

×