Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Novartis s'engage dans la lutte contre le tabagisme au Japon

Le Japon compte 34 millions de fumeurs.

(Keystone Archive)

Le ministère japonais de la Santé vient d'autoriser Novartis, notamment, à commercialiser des produits contre la dépendance envers la cigarette. Pour le groupe suisse, la lutte contre le tabagisme est très prometteuse. Surtout dans un pays qui passe pour être l'«empire de la fumée».

Le Japon n'est pas connu pour ses campagnes agressives contre le tabagisme. Or, aujourd'hui, il a décidé de donner son feu vert à des sociétés pharmaceutiques comme Novartis pour vendre en masse des produits qui réduisent la dépendance envers la cigarette. Ayant la forme de chewing-gum, de tablettes ou de sprays nasaux, ils seront, dès cet automne, mis en vente libre dans les drogueries et les pharmacies de l'archipel.

«Ces produits n'étaient disponibles jusqu'ici que dans quelques institutions médicales. Leurs ventes étaient confidentielles puisqu'elles ne dépassaient pas 25 millions de francs par an», explique un responsable du groupe suisse à Tokyo.

«Nous pensons que dans un proche avenir elles représenteront près de 300 millions de francs par an, précise-t-il. Le ministère de la Santé sort ces produits de l'ombre et Novartis qui est très innovateur en ce domaine entend accéder à ce marché».

Sur les 34 millions de fumeurs que recense le Japon- l'une des populations les plus grandes du globe- 20 millions souhaiteraient arrêter de fumer. Jusqu'ici, le gouvernement japonais faisait, surtout, valoir l'importance pour l'Etat des revenus générés par la vente de plus de 332 milliards de cigarettes par an.

«Il commence à prendre conscience que le traitement des maladies dues au tabac est de plus en plus coûteux. Le Japon peut devenir pour notre groupe l'un des principaux débouchés pour les produits qui permettent d'arrêter de fumer», note le même responsable de Novartis.

Le marché mondial pour les articles contre la dépendance envers le tabac est estimé plusieurs milliards de francs par an.

Georges Baumgartner, Tokyo


Liens

×