Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Offensive nationale contre l'alcoolisme en Suisse

En suisse, 200 mille à 300 mille personnes sont dépendantes de l'alcool ou risquent de le devenir.

(Keystone)

L'abus d'alcool fait souffrir directement ou indirectement 10 pour cent de la population suisse et coûte trois milliards de francs par an. La Commission fédérale pour les problèmes liés à l'alcool propose un plan d'action national.

La présidente de la Commission fédérale pour les problèmes liés à l'alcool (CFA), la conseillère aux Etats Christiane Beerli (PRD/BE), a qualifié lundi ce plan d'action de «raisonnable». Il débutera l'an prochain pour ses effets jusqu'en 2005.

L'action de sensibilisation doit avoir lieu à tous les niveaux, et pas seulement à ceux de la Confédération et des cantons. Mme Beerli prône ainsi des mesures concrètes dans les écoles, obligatoires et professionnelles, dans la formation des parents ainsi que sur les lieux de travail et de loisirs.

Les communes sont également invitées à contribuer à l'effort, tout comme «le secteur industriel de l'alcool, l'hôtellerie, le commerce de détail des boissons alcooliques et surtout le corps médical».

Concrètement, au niveau national, la CFA préconise notamment une uniformisation de la limite d'âge pour la vente d'alcool dès 2002, ainsi qu'un abaissement en 2003 à 0,5 pour mille du taux d'alcoolémie tolérée sur la route. Les cantons devraient de leur côté «coordonner leurs projets de prévention» tout en veillant à rendre l'accès à l'alcool plus difficile pour les jeunes.

Au niveau des fabricants, la CFA souhaite la mise au point «d'un code de marketing» (dès 2004) tandis que les médecins devraient proposer une offre de formation continue visant à dépister les cas à problème (2003). Quant aux cafetiers-restaurateurs, ils sont invités à former leur personnel sur la question (2004).

Dans l'enseignement, les écoles primaires et secondaires devraient, à partir de 2005, être dotées «d'antennes respectant l'anonymat et la confidentialité» tandis que les centres professionnels informeraient, dès 2004, du lien entre accident du travail et consommation d'alcool.

La CFA va encore plus loin en préconisant que «les entreprises introduisent des directives contraignantes relatives à la consommation d'alcool, en collaboration avec la Suva». La date est fixée d'ici à 2003.

Ce plan d'action doit permettre de «susciter une discussion sur la prévention de l'alcool et motiver les décideurs politiques à l'action», a affirmé Mme Beerli. Il s'inscrit dans le cadre du plan d'action européen mis sur pied par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) en 1992 et adapté au printemps dernier.

Entre 200 000 et 300 000 personnes en Suisse sont dépendantes de l'alcool ou risquent de le devenir. Il existe plus de 170 centres ambulatoires et 60 institutions spécialisées dans ce domaine.

swissinfo avec les agences

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×