Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Pas de santé «à l'américaine» !

Accepter l'article constitutionnel sur l'assurance maladie lors de la votation du 1er juin équivaudrait à donner les pleins pouvoirs aux caisses avec, à la clé, une médecine à deux vitesses, estime le parti socialiste suisse.

Le PS a décidé de faire de la campagne pour le «non» une de ses priorités. Il y consacrera 150'000 francs. Point fort: la projection gratuite le 22 avril dans 14 villes du film «Sicko» de Michael Moore.

En recourant à l'oeuvre du réalisateur américain, le parti veut montrer à quelle dérive peut conduire un système de santé uniquement basé sur la concurrence. Aux Etats-Unis, 47 millions de personnes ne bénéficient d'aucune couverture maladie.

Les socialistes ne veulent pas entendre parler de mesures qui conduiraient à une privatisation de la santé et à une médecine à deux vitesses. Selon eux, accepter l'article, c'est ouvrir la porte à une réduction des prestations remboursées par l'assurance de base et à l'élargissement du système des franchises et des quotes-parts.

Instaurer un système de financement moniste des hôpitaux donnerait également trop de poids aux caisses. Les cantons leur verseraient désormais leur contribution (huit milliards de francs par an) sans ne plus avoir aucun droit de regard sur la façon dont est gérée cette somme.


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×