Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Plus d'argent pour les infrastructures ferroviaires

Berne veut 1 millions de plus pour le rail car la facture des tunnels alpins - ici le Loetschberg - est plus salée que prévu.

(Keystone)

Surcoût des tunnels alpins oblige, le ministre des Transports Moritz Leuenberger propose d'augmenter le fonds pour les transports publics d'un milliard de francs, à 31,5 milliards.

Par contre, la 3e voie entre Lausanne et Genève n'est pas retenue, pas plus qu'aucune des mesures demandées par les cantons. Ce qui les fâche fortement.

Berne est restée sourde à la mobilisation en faveur de cette 3e voie, qui permettrait de mieux répartir la charge de trafic entre les deux villes lémaniques. Malgré les vives critiques exprimées lors de la procédure de consultation, l'Office fédéral des transports (OFT) veut s'en tenir à la liste de projets établie ce printemps.

Les projets visant à développer l'infrastructure ferroviaire, regroupés sous le sigle ZEB, sont au nombre d'une trentaine et bénéficieront comme prévu de 5,2 milliards de francs, tirés du fonds pour les transports publics (FTP).

L'offre de base du ZEB apportera déjà des améliorations importantes en Suisse romande, y compris sur l'axe Lausanne-Genève, a fait valoir jeudi le directeur de l'OFT Max Friedli. Il faisait notamment allusion à l'augmentation des capacités qu'autorisera la 4e voie entre Lausanne et Renens.

Pas prioritaires



Reste qu'aucune des options d'extension pour lesquelles plaidaient les cantons n'a été retenue. La 3e voie Lausanne-Genève, le tunnel de Gléresse (entre Neuchâtel et Bienne), l'aménagement partiel à deux voies du tunnel du Lötschberg: ces projets n'ont pas été jugés prioritaires.

Un crédit d'étude de 50 millions est néanmoins prévu, qui permettra de continuer d'étudier ces options. Cela pourra offrir le cas échéant une base pour présenter un projet dans quelques années, a relevé Max Friedli.

Statu quo donc pour le ZEB, mais le volume global du fonds FTP devrait néanmoins augmenter. En accord avec le ministre des transports Moritz Leuenberger, l'OFT propose de faire passer l'enveloppe de 30,5 à 31,5 milliards de francs au total.

Gothard plus cher

Cette augmentation est nécessaire en raison de la hausse de la
facture du Gothard. Les coûts finals des deux tunnels de base sous les Alpes, les nouvelles liaisons ferroviaires alpines (NLFA), s'élèvent désormais à 19,1 milliards de francs, soit environ un milliard de plus que le montant articulé en consultation.

Cette somme comprend notamment des surcoûts liés à la technique ferroviaire et aux risques (avant tout de nature géologique), ainsi qu'une réserve de 400 millions pour les risques jugés plus faibles.

Le besoin de financement supplémentaire des NLFA a été calculé «de manière sérieuse», y compris avec le concours d'experts externes, a souligné Max Friedli. Cette solution couvre «tous les risques qu'il est réaliste d'envisager, mais pas tous ceux imaginables», selon l'OFT.

Vu l'avancement du chantier, les incertitudes en matière de risque et de prévisions des coûts finals diminueront au cours des prochaines années.

Solution acceptable



L'OFT estime l'augmentation d'un milliard du fonds FTP, qui court sur 30 ans, acceptable d'un point de vue politique. D'autant que ce fonds continuera d'être alimenté par la redevance poids lourds, la TVA et l'impôt sur les carburants, sans modification du mode de financement en vigueur aujourd'hui.

Ces propositions seront encore soumises au gouvernement, dont le message est attendu cet automne. Les débats parlementaires sont agendés en 2008. Le peuple pourrait même avoir le dernier mot, le dossier étant soumis au référendum facultatif.

«Insuffisant»

En attendant, le refus d'inclure les options demandées par les cantons fâche fortement ces derniers. La hausse du fonds FTP est «fondamentalement positive, mais absolument insuffisante», écrit jeudi la Conférence des directeurs cantonaux des transports publics.

«Aussi bien l'offre de base visant à développer l'infrastructure ferroviaire (ZEB) que les options d'extensions doivent être réalisées rapidement», exige-t-elle. Et si les fonds de la Confédération n'y suffisent pas, d'autres sources de financement doivent être trouvées.

Pour l'Union des transports publics non plus, les propositions de l'OFT ne sont pas suffisantes. Les options d'extension sont nécessaires pour absorber la demande croissante dans le trafic ferroviaire et «cette volonté du peuple doit être satisfaite indépendamment de l'évolution des coûts des NLFA», écrit l'organisation faîtière de la branche.

swissinfo et les agences

ZEB

Pour «Zukünftige Entwicklung der Bahninfrastruktur» ou «développement futur des infrastructures ferroviaires». Il s'agit de l'ensemble des projets pour le réseau ferré suisse des trois prochaines décennies, y compris ce que l'on nommait jusqu'ici la deuxième phase de Rail 2000.

L'objectif est de réduire les temps de voyage, d'améliorer le système des nœuds ferroviaires et d'augmenter l'offre des transport voyageurs et marchandises.

Ainsi, le trajet entre Genève et Saint-Gall devrait par exemple durer une demi-heure de moins.

Le projet le plus coûteux des ZEB (environ 1,1 milliard de francs) est la création d'une ligne à quatre voies entre Olten et Grümet, sur l'axe Olten-Aarau-Zurich.

Fin de l'infobox


Liens

×