35'000 emplois dépendraient des forfaits fiscaux

Sans les forfaits fiscaux, 35'000 emplois passeraient à la trappe. Telles sont les conclusions d'une étude commandée par l'association «Mehrwert Schweiz» («Valeur ajoutée Suisse»), une association qui milite pour le maintien de cette pratique controversée.

Ce contenu a été publié le 09 septembre 2009 - 15:25

Les auteurs de l'étude publiée mercredi, d'obédience bourgeoise et favorables au principe du forfait fiscal, ont interrogé les premiers intéressés, soit les bénéficiaires de forfaits fiscaux.

Ceux-ci indiquent employer en moyenne 2,3 personnes pour le ménage et le jardin. Cela donne quelque 11'400 emplois pour les 5000 personnes au bénéfice d'une imposition forfaitaire en Suisse, selon le communiqué de l'association.

En moyenne, ces personnes consomment des biens et des services pour 346'000 francs par an. Cela représente un chiffre d'affaires annuel de 1,73 milliard de francs. Selon l'étude, cela correspond à 11'500 emplois supplémentaires. Celle-ci ajoute encore 18'000 personnes actives dans la construction et les professions liées à ce secteur.

Actuellement, treize cantons connaissent le régime des forfaits fiscaux. Zurich a voté en février dernier son abolition. Ce type d'imposition concerne de riches étrangers. Ils sont imposés sur le montant de leurs dépenses, à condition de ne pas exercer d'activité
rémunérée sur territoire suisse.

Rappelons que plus de 4100 riches étrangers bénéficient de l'impôt forfaitaire en Suisse, selon des statistiques portant sur 2006. La majorité d'entre eux vivent au bord du Lac Léman et en Valais, aux Grisons et au Tessin.

swissinfo.ch et les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article