Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

CFF Cargo: vaste manifestation contre la restructuration

Les manifestants ont exprimé leur colère à deux pas du Palais fédéral.

(swissinfo.ch)

Plus de 5000 personnes – dont une majorité venues du Tessin - ont manifesté dans les rues de Berne contre la restructuration de CFF Cargo et les suppressions d'emplois à Bellinzone et Fribourg.

En marge de cette manifestation menée dans le calme et la détermination, la chambre du peuple du Parlement a tenu un débat urgent sur cette restructuration.

Propriété de la Confédération, CFF Cargo appartient à tous. Donc les autorités politiques peuvent décider que les ateliers de Bellinzone, bénéficiaires, soient maintenus, a déclaré devant la foule le président de l'Union syndicale suisse.

Paul Rechsteiner a également souligné la solidarité de tous les syndicats en Suisse et celle de tout le canton du Tessin, de la droite à la gauche, envers les travailleurs en grève.

«Nous attendons une décision positive de la part du conseil d'administration des CFF avant Pâques», a dit le député socialiste. En grève depuis une semaine et demie, les 450 employés des ateliers de Bellinzone ont refusé la proposition des CFF de suspendre leurs mesures jusqu'en mai et d'entamer le dialogue.

Slogans et détermination

Soutenus par quelques centaines de sympathisants, en particulier venus de Fribourg, également touchée par les mesures de CFF Cargo, les quelque 3000 manifestants tessinois ont exprimé leur détermination dans les rues de Berne.

Scandant des slogans comme «Résistance» ou «Touche pas à nos ateliers», ils ont bravé un moment l'interdiction de manifester sur la Place fédérale durant les sessions du Parlement.

Malgré l'effervescence, aucun débordement n'a été signalé. Il faut dire que le service d'ordre interne des syndicats et la police bernoise veillaient. En ce jour férié au Tessin de la St-Joseph (ou fête des pères), le président de la commission du personnel des ateliers industriels de Bellinzone Gianni Frizzo a affirmé, très applaudi, que «les papas ont besoin de leur emploi».

«Entre le peuple et les élus»

Présent dans la foule, le président de l'Union syndicale suisse n'a pas jugé grave que la manifestation s'arrête sur la Place fédérale malgré l'interdiction. «La rencontre entre le peuple et les élus: c'est la démocratie. Et le parcours du cortège passait par là», a ensuite indiqué Paul Rechsteiner, relevant l'ambiance pacifique.

Après un quart d'heure sur la Place fédérale sans incident, les manifestants ont rejoint la place qui leur avait été attribuée, à une centaine de mètres. C'est là que différentes personnalités, avant tout tessinoises, ont pris la parole.

Il faut mettre la Suisse face à ses responsabilités, a notamment lancé la démocrate-chrétienne tessinoise et présidente de la chambre du peuple la vice-présidente du National Chiara Simoneschi.

Appel à la fin de la grève

A deux pas de la manifestation, les députés ont tenu un débat urgent dans l'après-midi. Les échanges ont été vifs. La question des responsabilités face à la crise à CFF Cargo et celle de l'avenir du transporteur ont notamment été soulevées par les intervenants.

Face à eux, le ministre des transports Moritz Leuenberger a appelé les grévistes de Bellinzone à mettre fin sans attendre à leur mouvement de grève.

Le ministre des transports a invité les protagonistes de la crise à se réunir d'urgence autour d'une table de négociation, qui sera convoquée par son département et présidée par une personnalité externe.

Moritz Leuenberger garantit que les CFF sont prêts à prendre en considération toute alternative et à examiner les concepts même les plus novateurs.

swissinfo et les agences

En bref

Le transporteur de marchandises CFF Cargo est une filiale des Chemins de fer fédéraux (CFF). Son siège est à Bâle et il emploie environ 4400 personnes.

En 2007 CFF Cargo a enregistré avec une perte globale de 190,4 de francs. L'année 2008 devrait également se terminer dans le rouge. La transporteur a annoncé le 7 mars dernier un plan de restructuration touchant avant tout Bellinzone (canton du Tessin) et Fribourg.

A Fribourg, le plan de restructuration entraînerait la fermeture du centre de service clientèle de CFF Cargo. Sur les 165 emplois, 51 seraient supprimés et 114 déplacés à la centrale à Bâle.

A Bellinzone, 114 postes sur 142 seraient supprimés dans les ateliers d'entretien des locomotives. Les 28 personnes restantes se verraient proposer d'aller travailler à Chiasso ou à Yverdon, dans le canton de Vaud.

Quant aux ateliers pour wagons de Bellinzone, ils perdraient 12 de leurs 212 emplois, les 200 travailleurs restants devant être maintenus dans les nouveaux ateliers.

Fin de l'infobox

Un audit annoncé

Le Contrôle fédéral des finances (CDF) mènera un audit approndi sur l'origine des pertes importantes de CFF Cargo ces dernières années. La délégation parlementaire des finances lui a donné mercredi ce mandat.

L'audit devra porter sur trois domaines essentiels: évaluation de l'utilité et de la pertinence des comptabilités analytique et financière de CFF Cargo; conditions cadres et flux des subventions dans le domaine du trafic marchandise; «reporting» au sein des CFF et à l'intention de la Confédération.

Fin de l'infobox


Liens

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

×