Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Charge fiscale: tout oppose Zoug et Uri

Le canton de Zoug - ici l'Aegerisee - est celui où les impôts sont les plus bas.

(swiss-image)

Le canton de Zoug reste clairement le canton suisse le plus avantageux fiscalement, tandis qu'à l'opposé, Uri détrône Obwald pour les impôts les plus lourds.

Selon la statistique 2006 publiée vendredi par le Département fédéral des finances, la plupart des cantons romands occupent le bas du classement, où le fisc est le plus vorace.

Pour la première fois depuis plusieurs années, Obwald ne ferme plus la marche. Le demi-canton, dont la politique d'impôt dégressif a fait couler passablement d'encre et monter le ton entre Berne et Bruxelles, voit son indice global de la charge fiscale passer de 155,8 à 136 points.

Cet indice est calculé sur la base d'une pondération en fonction des recettes effectives des cantons et des communes.

Cette évolution ne permet toutefois à Obwald de gagner qu'une place. Il est talonné par Uri (137,8 points), désormais 26e, selon les données publiées vendredi par le Département fédéral des finances.

Les entreprises gagnantes

Toutefois, si l'on ne considère que les impôts grevant le bénéfice net et le capital des sociétés anonymes, Obwald est dorénavant premier de classe, devant Zoug. Avec un indice de 48,2 points, le demi-canton est le plus avantageux de tout le pays pour les entreprises. En revanche, l'indice pour les personnes physiques - 146,5 points - y est le plus élevé.

Le Valais, le canton romand le plus cher en 2005, réalise la plus belle progression, passant du 24e rang au 17e. L'indice global y a chuté de 134,1 à 115,9 points. Pour les entreprises, ce canton offre les impôts les plus bas de Suisse romande (91 points).

Le Valais devance ainsi désormais Fribourg (21e), qui gagne une place (124,3 points). En toute fin de peloton, Neuchâtel perd encore un rang et remplace désormais le Valais en 24e position de cette tabelle basée sur l'indice global de la charge fiscale.

Cantons romands à la traîne

En Suisse romande, c'est dans le canton de Genève que la charge fiscale est la plus modérée. Il pointe au 9e rang du classement national, malgré une légère hausse de son indice global de 95,2 à 97,5 points.

On trouve ensuite Vaud, qui conserve sa 11e position. Malgré une augmentation de 102,6 à 107,2 point, ce canton reste néanmoins plus avantageux que le reste des cantons romands, en queue du classement suisse. Contrairement au Valais, la charge grevant les entreprises vaudoises est plus élevée que celle pesant sur les personnes physiques (127,8 points contre 89,8 points).

Dans le bas du classement, où les ponctions sont les plus élevées, le Jura (125,1 points) recule de deux échelons pour tomber en 22e position. 20e, Berne (121 points) a perdu quatre rangs. Neuchâtel (133,7 points) glisse encore d'une case pour se retrouver 24e.

Zoug toujours premier

La première place du classement est toujours occupée par Zoug, qui conserve son titre de paradis fiscal (indice global de 52,4 points). La charge fiscale grevant le revenu et la fortune des personnes physiques y est la plus faible du pays, à 50,3 points.

Comme l'an dernier, Schwytz (indice global de 68,5 points) et le Tessin (74,3 points) occupent les deux autres marches du podium. Suivent Nidwald, la Thurgovie et Zurich, qui affichent tous un indice global inférieur à 86 points.

Vaud pour les bas revenus

Des différences existent selon la catégorie de revenus. Ainsi, Vaud est globalement le canton le plus intéressant de Suisse pour les personnes à bas revenu (7500 à 30'000 francs par an), suivi par Genève et Bâle-Campagne. Le trio de tête pour le groupe gagnant entre 35'000 et 80'000 francs est Zoug, le Tessin et Genève.

Pour les personnes avec un revenu entre 90'000 francs et un million, mieux vaut s'installer à Zoug ou Schwytz que dans le Jura.

swissinfo et les agences

En bref

Chaque année, l'administration fédérale des contributions publie la charge fiscale des personnes physiques et morales.

La publication indique, d'une part, la charge fiscale dans les chefs-lieux cantonaux et celle afférente à l'impôt fédéral direct et, d'autre part, les moyennes cantonales et les indices.

Si la méthode de calcul n'a pas changé, les indices cantonaux ne sont comparables à ceux de l'année précédente que sous réserve, les coefficients de pondération étant adaptés chaque année.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×