Navigation

Sauter la navigation

Sous sites

Fonctionnalités principales

Disruption Donald Trump droit dans ses bottes malgré les critiques

Le monde assiste médusé aux bouleversements qui se déroulent aux États-Unis. Donald Trump veut toujours fermer les frontières aux ressortissants de sept pays musulmans. Mais sa décision suscite colère et manifestations aux Etats-Unis et à l'étranger.

Depuis qu'il a signé son décret anti-immigration vendredi, Donald Trump peut se vanter d'avoir déclenché un tsunami de réactions hostiles.

Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les précisions de Pierre Gobet, correspondant de la RTSLien externe à Washington.

Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Plus largement, la méthode de Donald Trump menace l'équilibre des pouvoirs.

Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Sur le plateau de Darius RochebinLien externe, l'économiste Charles Wyplosz analyse le "risque Trump".

Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Feu vert pour les Suisses binationaux

Le ministère suisse des affaires étrangères (DFAELien externe) a négocié avec les autorités américaines afin de défendre les droits des citoyens helvétiques. Berne a obtenu un assouplissement de la règle qui permettra aux binationaux suisses de pouvoir se rendre aux Etats-Unis, annoncent les services de Didier Burkhalter.

Dans un premier temps, l'ambassade américaine avait déclaré: «Les voyageurs disposant d'une nationalité ou double nationalité d'un de ces pays n'ont pas le droit d'entrer aux Etats-Unis et ne peuvent pas demander de visas durant 90 jours. »

Les binationaux possédant un passeport de l'Irak, l'Iran, la Libye, la Syrie, la Somalie, le Soudan ou le Yémen auraient donc été concernés par l'interdiction.

Les services de Didier Burkhalter restent en contact avec les autorités américaines pour suivre attentivement l'évolution de la mise en oeuvre du décret controversé et son impact pour la Suisse. Il s'agit pour le DFAE de veiller à protéger les intérêts des citoyens helvétiques ayant une double nationalité.


swissinfo.ch/fb avec la RTS (Téléjournal du 31'1'17)

×