Et de trois pour le Parti bourgeois démocrate

Issu d'une dissidence de l'Union démocratique du centre (UDC / droite nationaliste) après l'éjection de la ministre de justice et police Eveline Widmer-Schlumpf, le nouveau Parti bourgeois démocrate (PBD) dispose désormais de trois sections cantonales. Après Berne et les Grisons, Glaris a vu naître jeudi sa propre section en présence du ministre Samuel Schmid.

Ce contenu a été publié le 29 août 2008 - 09:00

Les membres dissidents de l'UDC glaronaise ont voté à l'unanimité l'acte de fondation et les statuts du nouveau parti, jeudi soir à Ennenda. La centaine de personnes présentes ont aussi élu le député au Grand Conseil Martin Landolt à la présidence de la section cantonale.

Le PBD devrait bientôt s'implanter ailleurs en Suisse. «Nous avons reçu des demandes de plusieurs cantons pour fonder des sections», indique le sénateur bernois Werner Luginbühl. Les plus nombreuses viennent de Zurich, les autres d'Argovie, de Saint-Gall et de Zoug.

La prochaine étape dans l'histoire des dissidents de l'UDC devrait être la fondation du parti suisse, prévue cet automne. La date exacte de l'assemblée constitutive sera sans doute communiquée cette semaine.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article