Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Eviter l'affrontement avec son propre parti...

Jeudi, Eveline Widmer-Schlumpf était le cœur de l'événement.

(Keystone)

Eveline Widmer-Schlumpf, qui a été élue au gouvernement contre la volonté de son parti, a l'intention de poursuivre avec droiture la politique pragmatique pour laquelle elle est reconnue.

Par ailleurs, elle s'emploiera à ce que son parti, l'Union démocratique du Centre, n'éclate pas suite à son élection.

Eveline Widmer-Schlumpf aura donc résisté à l'énorme pression qu'elle a subie de la part de son parti et a décidé jeudi matin d'accepter de succéder au ministre Christoph Blocher, non réélu.

«Vous m'avez confié une grand tâche, une lourde responsabilité», a-t-elle déclaré devant l'Assemblée fédérale... Peu après 8h00, en effet, la politicienne grisonne déclarait accepter son élection, cela contre la volonté de l'Union démocratique du Centre (UDC, droite nationaliste), qui exigeait la réélection de Christoph Blocher.

Une situation qui ne sera pas confortable, comme l'a constaté la nouvelle ministre un peu plus tard, face à la presse. Rappelons qu'elle a immédiatement été rejetée – ainsi que l'autre ministre UDC, Samuel Schmid – par le groupe parlementaire du parti nationaliste.

«Je n'aurai pas la tâche facile comme conseillère fédérale, notamment avec un groupe qui ne me soutient pas», a déclaré Eveline Widmer-Schlumpf après avoir accepté son élection.

«De mon expérience comme conseillère d'Etat grisonne, a-t-elle reconnu, je sais combien il est important d'avoir un groupe parlementaire comme soutien et comme 'sparring-partner'.»

«Il y a sûrement des gens au sein de l'UDC avec lesquels je pourrai travailler», a-t-elle ajouté, en précisant qu'elle s'efforcera de maintenir le contact avec les élus UDC.

La Grisonne s'est également dite convaincue qu'elle aura des interlocuteurs au sein des autres partis afin de trouver une voie praticable pour mener à bien sa mission. Et de souligner que si elle n'y avait pas cru, elle n'aurait pas accepté son élection.

Une ministre... de droite!

Suite à l'élection de Madame Widmer-Schlumpf, plusieurs représentants de l'UDC ont évoqué un gouvernement désormais de «centre-gauche». Interpelée par swissinfo sur cette question, la ministre a été claire: «J'ai pris connaissance de cela. Mais il est facile de constater quelle politique je mène et de quelle façon je réponds aux problèmes».

«Les gens de gauche comme ceux de droite savent quelle est mon approche politique», a-t-elle souligné. Et cela même au niveau fédéral, puisqu'ils ont pu la voir à l'œuvre dans le cadre de la Conférence des directeurs cantonaux des finances, qu'elle préside actuellement et où elle a siégé huit ans.

Et Eveline Widmer-Schlumpf de citer comme exemple la réforme de l'imposition des entreprises, qui passera en votation devant le peuple le 24 février 2008, et qu'elle soutient avec force contre la gauche.

Chacun sait clairement où se situe politiquement Eveline Widmer-Schlumpf, qui n'a rien d'une girouette. La grande argentière des Grisons est par ailleurs connue dans son canton pour sa force de persuasion et bénéficie d'une très bonne image, à droite comme à gauche.

Surprise

Pour Eveline Widmer-Schlumpf, la surprise de son élection a été totale. En tant que présidente de la Conférence des directeurs cantonaux des finances, elle se rend régulièrement à Berne et dit avoir entendu parler du fait qu'une «candidature de dynamitage» pourrait être mise en place. Mais son nom n'aurait jamais été prononcé... Concrètement, c'est mardi soir et par SMS qu'elle aurait appris que son nom circulait, parmi d'autres, à Berne.

«Je me suis dit qu'il s'agissait d'un simple jeu politicien, comme il y en a beaucoup dans ce contexte... Mais je n'ai vraiment pas pensé sérieusement que tout cela déboucherait sur ce résultat», s'étonne-t-elle.

Raison pour laquelle, au moment de l'élection, mercredi matin, elle se trouvait... dans le train. C'est à Wädenswil, au bord du lac de Zurich, qu'elle a appris qu'elle était élue. «Maintenant, je sais exactement à quoi ressemble Wädenswil, dit-elle en riant. Je l'ai observé particulièrement intensément!»

swissinfo, Christian Raaflaub
(Traduction et adaptation de l'allemand: swissinfo)

Eveline Widmer-Schlumpf

Eveline Widmer-Schlumpf, 51 ans, est la fille de l'ancien ministre Leon Schlumpf.

Juriste, elle est depuis 1998 ministre cantonal dans le Canton des Grisons, où elle s'occupe des Finances.

Au niveau national, elle est connue en tant que présidente de la Conférence des directeurs cantonaux des finances.

Mère de trois enfants, elle vit à Felsenberg, près de Coire, le chef-lieu du canton.

Fin de l'infobox

L'élection

Eveline Widmer-Schlumpf a été élue au gouvernement mercredi matin par l'Assemblée fédérale.

Elle a obtenu 116 voix sur 238 au premier tour de l'élection et 125 sur 242 au second. Les parlementaire l'ont préférée à son collègue de parti, l'actuel ministre de la Justice Christoph Blocher.

Après avoir demandé un temps de réflexion supplémentaire, elle a accepté son élection au gouvernement fédéral jeudi matin peu après 8h00.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.