Initiative sur les minarets: rejet recommandé

Le gouvernement suisse a répété tout le mal qu'il pense de l'idée d'interdire la construction de minarets en Suisse. Il a néanmoins estimé que l'initiative en ce sens n'enfreignait pas les règles impératives du droit international.

Ce contenu a été publié le 27 août 2008 - 11:51

Déposée le 8 juillet dernier avec 113'540 signatures, l'initiative «contre la construction de minarets» est donc valable, relève mercredi le Conseil fédéral (gouvernement) dans son message à l'attention des Chambres fédérales.

L'Exécutif fédéral indique toutefois que l'initiative est incompatible avec plusieurs dispositions de la Convention européenne des droits de l'homme (CEDH) et du Pacte de l'ONU relatif aux droits civils et politiques. Et de citer en premier lieu la liberté religieuse. Fort de ce constat, il recommande au Parlement de rejeter ce texte sans lui opposer de contre-projet.

Avec cette initiative, ses auteurs veulent interdire la construction de minarets en Suisse. A leur sens, ces édifices sont les symboles d'une revendication de pouvoir politico-religieuse qui remet en question la Constitution et le régime politique suisse.

Dès son lancement en mai 2007, cette initiative, ainsi que les propos tenus par ses partisans, ont provoqué des remous. L'Organisation de la conférence islamique s'en ainsi est inquiétée. Fait exceptionnel, le gouvernement suisse a affiché publiquement sa désapprobation dès le dépôt du texte.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article