Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

L'adhésion soulagerait le porte-monnaie des Suisses

La Suisse, îlot de cherté: pour le même prix, le consommateur helvétique ne remplit qu'un mini-caddie. (photo: NOMES)

Adhérer à l'Union européenne ferait du bien au porte-monnaie des Suisses. C'est le thème de la campagne d'été du Nouveau mouvement européen suisse (NOMES).

L'objectif est d'inciter les citoyens à jeter un regard critique sur la politique du gouvernement - axée sur l'approche bilatérale - et de relancer la discussion sur l'adhésion.

Un mois après la parution du rapport du gouvernement sur l'Europe, le NOMES lance une «campagne de terrain», qui entend toucher «les cercles de la population difficilement atteignables par le biais d'une argumentation politique classique».

Le message est on ne peut plus clair: pour les mêmes articles, les Suisses paient entre 5 et 50% de plus que leurs voisins. Pour en convaincre les citoyens, le mouvement tiendra des stands et distribuera des flyers dans la plupart des grandes villes du pays.

«Sommes-nous vraiment fous ?»

Un site internet en français et en allemand existe déjà. Dans une mise en page et des couleurs qui le font délibérément ressembler aux sites commerciaux de certains discounters, il affiche très visiblement les différences de prix.

En exergue, un slogan «sommes-nous vraiment fous ?», et une citation du surveillant des prix, qui affirme que, pour les mêmes produits, les consommateurs suisses dépensent chaque année 20 à 30 milliards de francs de plus que les Allemands.

Certes, les salaires restent relativement hauts en Suisse, mais le pouvoir d'achat des tend à diminuer, souligne le NOMES. L'agriculture, le tourisme et l'industrie en souffrent, tout comme les citoyens-consommateurs.

Une seule solution

En cause, toujours selon le NOMES, l'intégration économique insuffisante de la Suisse au sein de l'Union européenne, avec pour corollaires le manque de concurrence, ainsi que des entraves douanières, techniques et réglementaires.

Pour le mouvement, il n'existe qu'une solution à ces problèmes: l'adhésion.

swissinfo et les agences

Le NOMES

Héritier du Mouvement européen suisse né en 1934 et qui préconisait la création d'une fédération des Etats européens, le Nouveau mouvement européen suisse (NOMES) a été créé en 1998 suite à la fusion de divers mouvements pro-européens.

Son objectif principal est l'adhésion rapide de la Suisse à l'Union européenne (UE).

Une initiative populaire lancée par le NOMES, qui demandait l'ouverture rapide de négociations d'adhésion, a été rejetée à une large majorité en 2001.

Fin de l'infobox


Liens

×