Le père de la constitution jurassienne n’est plus

Joseph Voyame est décédé dimanche soir des suites d'une longue maladie. Il avait 87 ans. Avec la disparition de cet éminent juriste et grand humaniste, le canton du Jura perd l'une des figures les plus marquantes de sa jeune histoire.

Ce contenu a été publié le 08 février 2010 - 09:57

Il fut notamment directeur de l'Office fédéral de la Justice (de 1973 à 1988), président du comité de l'ONU contre la torture, vice-président de la commission Bergier et rédacteur du projet de Constitution jurassienne.

Joseph Voyame a derrière lui une impressionnante carrière marquée par ses engagements en Suisse et à l'étranger. Infatigable marcheur, il a parcouru le monde pour approcher différemment les gens et les paysages.

Joseph Voyame se plaisait à raconter qu'il avait rédigé le projet de constitution du nouveau canton en été 1975 sous un arbre derrière sa maison de St-Brais, dans les Franches-Montagnes. En six jours, il élabore en fonction de lignes directrices émises par un groupe d'amis jurassiens cette charte fondamentale de 128 articles. Au soir du premier jour, il en avait déjà rédigé 37.

Ce groupe d'amis, qui ne bénéficia d'aucune aide extérieure sur le plan constitutionnel, travaillera sans mandat, sans budget et sans directives mais dans l'euphorie. Joseph Voyame avouera plus tard que ce furent les moments les plus exaltants de sa vie.

Né en 1923 à Courfaivre, le Jurassien choisira de suivre des études de droit afin de répondre à l'idée de justice qui l'habitait et pour satisfaire son goût de la logique. Il enseignera aux universités de Berne et de Lausanne avant d’entrer dans l'Administration fédérale.

swissinfo.ch et les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article