Le président de la Confédération défend son bilan

Hans-Rudolf Merz inaugure en lançant le bilan à mi-parcours de la présidence de la Confédération. Résultat: «positif», selon le ministre des Finances qui se défend contre les critiques qui le jugent trop discret ou fatigué.

Ce contenu a été publié le 07 juillet 2009 - 11:49

Hans-Rudolf Merz ne voit pas de raison de faire davantage de bruit dans sa gestion du gouvernement. «La Suisse n'est pas un royaume», a-t-il déclaré mardi devant la presse. En outre, l'atmosphère est bonne au sein du collège en ce moment.

Il n'y a plus certaines tensions et la plupart des décisions sont prises sans même devoir recourir à un vote, a expliqué le président. «Nous avons atteint une tonalité qui permet au gouvernement de trouver des solutions aux problèmes même dans les situations difficiles.»

Quant à l'idée de prolonger la durée de la présidence de la Confédération, Hans-Rudolf Merz ne semble pas en être un ardent défenseur. Il faut examiner la question dans le contexte de la globalisation et repenser en parallèle les tâches de certains départements, en particulier les Affaires étrangères.

L'Appenzellois a par ailleurs assuré s'être bien remis de l'accident cardio-vasculaire de septembre dernier. «Toutes mes artères sont débouchées et je ne me sens pas fatigué.»

swissinfo.ch et les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article