Nouveau record pour les ventes d'armes suisses

La crise ne touche pas l'industrie suisse de l'armement. Avec une hausse de 50%, les exportations ont atteint l'an dernier un nouveau record, notamment grâce au Pakistan, devenu le principal client des fabricants helvétiques.

Ce contenu a été publié le 03 février 2009 - 12:00

En 2008, la valeur des exportations de matériel militaire suisse a atteint 722 millions de francs, annonce mardi l'Administration fédérale des douanes. Le précédent record datait de 1987, avec 578,3 millions de francs.

Le Pakistan est le principal client de la Suisse avec 109,9 millions de francs, soit trois fois plus qu'en 2007. Il s'agit notamment du controversé système de défense aérienne, approuvé en décembre 2006 par le gouvernement et dont la livraison avait été suspendue de novembre 2007 à avril 2008 après l'instauration de l'état d'urgence.

Viennent ensuite le Danemark et l'Allemagne avec respectivement 83,7 et 80,9 millions. L'Arabie saoudite, au septième rang, a importé pour 32,1 millions de francs de matériel de guerre suisse, contre 0,5 million en 2007. Cette hausse résulte de la livraison - controversée elle aussi - de 20 systèmes de défense aérienne et de munitions.

Les exportations d'armes sont toujours soumises à d'importantes fluctuations, car elles sont dépendantes de grosses commandes. Le rapport 2008 montre ainsi que les ventes à destination d'Israël ont nettement progressé de 0,2 à 1,7 million, mais restent à un niveau très bas.

Ces chiffres 2008 constituent de la munition pour les partisans et les adversaires des exportations d'armes. Une initiative populaire pour l'interdiction des exportations est actuellement pendante. Le gouvernement recommande son rejet sans proposer de contre-projet. Les débats devant le Parlement sont en cours.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article