Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

ONU: la Suisse veut plus de transparence

L’Assemblée générale de l’ONU s’est attaquée jeudi au rapport annuel du Conseil de sécurité. Au nom du groupe informel S-5, la Suisse a appelé à un débat approfondi et à négocier au plus vite l’élargissement du cercle fermé des membres permanents.

Avec le Costa Rica, la Jordanie, le Liechtenstein et Singapour (groupe des «small five», S-5), la Suisse milite depuis cinq ans en faveur d’une transparence accrue des méthodes de travail du Conseil de sécurité ainsi qu’un approfondissement du dialogue entre celui-là et l’Assemblée générale.

Paul Seger, ambassadeur de la Suisse à l'ONU, a formulé l'espoir que la 65e Assemblée générale permette d’assurer à l’avenir un vrai débat sur le rapport annuel, un rapport qui devrait idéalement être «informel, inclusif, interactif».

Paul Seger estime qu’il faut se concentrer prioritairement sur la réforme des méthodes de travail. «Il faut progresser dans ce domaine, indépendamment d’un accord à propos de l’élargissement du Conseil de sécurité.

Sur ce dernier point, les discussions traînent depuis des années car les Etats membres ne sont d'accord ni sur le rythme, ni sur la liste des pays appelés à rejoindre le club fermé des membres permanents.

Le Groupe des S-5 souhaite voir se tenir des négociations plus substantielles. «Si nous ne pouvons passer à l'étape suivante de ce processus, les Nations unies seront perçues comme une organisation incapable de se réformer. Un tel constat serait très préjudiciable à l'image et à la crédibilité de l'ONU», a ajouté M. Seger.

swissinfo.ch et les agences


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.