Pour l'OCDE, la Suisse doit réformer son économie

Le rapport de l'OCDE montre du doigt les problèmes de l'agriculture suisse. Keystone

L'Organisation de coopération et de développement économiques souhaite que la Suisse libéralise davantage ses marchés.

Ce contenu a été publié le 30 mai 2002 - 20:00

Dans son tout dernier rapport sur la Suisse publié jeudi, l'OCDE préconise l'application «énergique» de réformes structurelles. Une politique axée sur la concurrence et la libéralisation des marchés.

Pour les seuls secteurs de l'agriculture, de l'électricité et de la santé, les experts de l'OCDE estiment le montant des retombées entre 4% et 7% du PIB.

Des enjeux importants

Les économistes de l'OCDE rappellent que, dans l'agriculture, les importants écarts de prix qui existent avec les autres pays n'ont guère été réduits ces dernières années.

Pour l'OCDE, la politique suisse des paiements directs - qui vise à soutenir des pratiques agricoles respectueuses de l'environnement - ne doit pas servir de prétexte au maintien de subventions élevées.

La libéralisation du marché de l'électricité - sur laquelle le peuple devra se prononcer en septembre - constitue, elle aussi, un enjeu important.

Elle permettra d'ouvrir les monopoles locaux et de fixer les coûts de transport de l'électricité de façon plus transparente. Tout cela devrait favoriser les entreprises helvétiques.

Et l'OCDE d'ajouter que d'autres secteurs - comme ceux du gaz et de la poste - bénéficieraient aussi d'une plus grande ouverture à la concurrence.

Renforcement de la concurrence

Par ailleurs, pour les experts de l'Organisation de coopération et de développement économique, la concurrence doit être encore nettement renforcée en Suisse.

Ils montrent du doigt les secteurs de l'industrie pharmaceutique ou la distribution automobile, entre autres.

Dans son rapport, l'OCDE souligne l'importance de la révision de la loi sur les cartels qui prévoit l'application de sanctions financières en cas de pratique anti-concurrentielle. L'organisation suggère que le législateur y intègre également des sanctions pénales.

1% de croissance

Cela dit, si l'on en croît l'organisation basée à Paris, la Suisse devrait enregistrer cette année une croissance économique de l'ordre de 1%.

Entraînée par la reprise de la conjoncture internationale, ce taux devrait augmenter en 2003. Et atteindre 2,25%.

Pour autant, la reprise économique de la Suisse devrait être légèrement inférieure à celle des autres pays membres de l'OCDE.

swissinfo/Vanda Janka

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article